Langue

A- A+
Regardez, lisez, écoutez

Le cubisme

ven, 06/07/2012 - 12:30 -- admin


Le cubisme est un mouvement d’avant-garde du XXe siècle, qui a révolutionné la représentation par la géométrisation.

Les origines du cubisme

L’œuvre Les demoiselles d’Avignon est le point de départ du cubisme. Pablo Picasso (1881-1973) réalise des nus féminins de manière bien particulière. Les corps humains sont massifs et géométriques. Le peintre recherche des volumes. Ses figures sont comme des sculptures. Le cubisme est une réaction aux œuvres du XIXe siècle et en particulier au naturalisme (mouvement littéraire et artistique qui s'intéresse aux questions sociales et politiques de son époque). C’est suite à sa visite, à la galerie Kahnweiler, que Louis Vauxcelles (1870-1945), critique d’art, va employer le mot « cube » dans un article du 14 novembre 1908.

Caractéristiques d’une œuvre «cubiste»

L’utilisation des formes géométriques et la représentation de toutes les facettes d’un objet marque une rupture avec la perspective (la profondeur). Les artistes cubistes fragmentent les objets et les personnages dans leurs œuvres. Un objet peut être vu de plusieurs points de vue. Les cubistes utilisent des objets de la vie quotidienne comme : des bouteilles, de la vaisselle ou encore des fruits ; avant de s’intéresser aux instruments de musique. Ils abandonnent peu à peu les paysages pour les natures mortes. Ce mouvement d'avant-garde se divise en trois périodes :

• 1907 – 1909 : pré-cubisme ou cubisme cézanien
• 1909 – 1912 : cubisme analytique
• 1913 – 1914 : cubisme synthétique

Et ses deux principaux représentants sont : Pablo Picasso et Georges Braque.

Cubisme cézannien

Cette période marque le début des premières formes géométriques. Cézanne disait : « Traitez la nature par le cylindre, la sphère, le cône, le tout mis en perspective, soit que chaque côté d'un objet, d'un plan, se dirige vers un point central. » Il est considéré comme étant le père (initiateur) du cubisme en amorçant une des recherches plastiques les plus révolutionnaires du XXe siècle. Georges Braque (1882-1963) dans Le Viaduc à l’Estaque réalise une œuvre claire/obscure géométrisée. Il y a une multiplicité des points de vue. Les maisons ont des positions contradictoires. Ce sont les couleurs et les lignes qui construisent le tableau.

Cubisme analytique

Cette période utilise beaucoup plus de formes géométriques. Les couleurs employées sont moins nombreuses. Il y a surtout des bruns, des ocres, des gris, des noirs… Les artistes déconstruisent les objets et l’espace. L’utilisation de caractères d’imprimerie (lettres), de trompes l’œil et de papiers collés appliqués directement sur l’œuvre est tout à fait nouvelle. Picasso réalise le portrait du célèbre marchand d’art, Ambroise Vollard. La surface de la toile est fragmentée, mais l’on arrive à distinguer encore un personnage. Il y a un jeu de lumière et un éclatement de la figure en dizaine de facettes sur les tons d’ocre et de gris. Pablo Picasso réalise deux ans après, son premier collage, Nature morte à la chaise cannée. L’artiste défit la peinture en ajoutant et en collant un papier représentant le maillage d’une chaise et en utilisant un pochoir pour écrire les lettres J.O.U. L’œuvre est ovale et une corde est fixée sur son pourtour. Il crée un jeu entre illusion et réalité.

Cubisme synthétique

Cette dernière phase est comme un aboutissement du cubisme. Les papiers collés sont de plus en plus utilisés. Les artistes réalisent une synthèse entre la couleur et le plan. D’ailleurs, les couleurs sont plus importantes et variées comme nous pouvons le voir dans l’œuvre, Verre et paquet de tabac. Il y a du rouge, du jaune, du vert, du bleu, du gris, du marron… Pablo Picasso introduit des matières naturelles brutes (matériaux naturels) comme du sable. Bien que, Picasso et Braque soient les principaux représentants de ce mouvement, d’autres artistes s’intéressent au cubisme comme Fernand Léger ou encore Francis Picabia. Cependant, ils intègrent dans leurs œuvres, l’idée de mouvement.


La peinture de Fernand Léger (1881-1955) est appelée « tubiste » car il utilise des formes géométriques en tube. À travers La Noce, l’artiste décompose les personnages et multiplie les points de vue, ce qui crée une confusion. Le cortège de la noce donne du mouvement à l’œuvre.

Francis Picabia (1879-1953) réalise dans sa carrière artistique quelques œuvres cubistes. Sa toile monumentale, Udnie, évoque une danseuse espagnole. Les formes semblent désarticulées.

Aller plus loin

Téléchargez sur iPad nos e-albums d'exposition

  Le Grand Atelier du Midi

  Cézanne et Paris

  Retrospective Braque

  Matisse, Cézanne, Picasso… L’aventure des Stein


à lire aussi