Langue

  • العربية
  • English
  • Français
  • Deutsch
  • Italiano
  • Portuguese, International
  • Русский
  • Español
A- A+
Regardez, lisez, écoutez

Fantin-Latour : la presse en parle

jeu, 22/09/2016 - 15:44 -- celine
Depuis le 14 septembre et jusqu'au 12 février 2017, Henri Fantin-Latour est à l'honneur au Musée du Luxembourg ! Déjà, la presse salue cet artiste touchant, sensible, pluriel, dont une nouvelle facette de sa personnalité est dévoilée à travers une collection de photographies de nus...

- Le Figaro est longuement revenu sur la collection de photographies de nus de Fantin-Latour. Des clichés inédits qui révèlent une nouvelle facette du peintre : "Derrière l'auteur des plus délicates natures mortes qui soient; derrière le clairvoyant portraitiste des peintres et poètes de l'avant-garde, se cachait donc un Fantin coquin." (Eric-Biétry, le 12 septembre 2016)
 
- Pour Le Parisien, les bouquets de Fantin-Latour sont "Les fleurs du bien" : "Ses bouquets de fleurs presque hyperréalistes, qui ont une qualité photographique, une perfection dans la composition, la couleur, le dessin, à eux seuls sidèrent" (Yves Jaeglé, le 16 septembre 2016)

- Le Monde présente les multipes facettes de l'artiste à travers un portfolio : "il a su développer un sens aigu de l’observation, un goût pour les compositions équilibrées et cadrées, et pour l’intensité psychologique de ses modèles" (Philippe Dagen, 22 septembre 2016)

- L'émission "La Dispute" du 14 septembre sur France Culture, est également revenue sur cette rétrospective. 

- Pour Liberation, "Henri Fantin-Latour (1836-1904) est un réaliste d’intérieur. Il n’est au meilleur de lui-même que lorsqu’il peint le peu qu’il voit, tel qu’il le voit, en détail et sous vide. Le mouvement et l’air du monde n’entrent pas."

- France Inter a parcourut les salles du charmant Musée du Luxembourg, aux portes du Jardin du même nom à Paris et se dit qu’au fond on ne savait rien de Fantin-Latour.

- Le Journal des arts présente l'intimité de Fantin-Latour : "Sans occulter ses œuvres à la gloire de ses grands contemporains, la rétrospective du Musée du Luxembourg privilégie l’image du peintre au travail, dans une semi-retraite choisie."


- Retrouvez également le reportage de la chaîne Public Sénat avec les interviews, entre autres, de la commissaire de l'exposition et des conservateurs du Musée de Grenoble et d'Orsay, co-organisateurs de l'exposition. (Julie Hulin, 13 septembre 2016)

à lire aussi

Inscription à la newsletter

Voulez-vous vous inscrire à la newsletter ?