Alphonse Mucha, messager de la paix

Alphonse Mucha, messager de la paix

Découvrez l'ultime projet d'Alphonse Mucha, un triptyque dédié à l'humanité tout entière, que la guerre et surtout le décès du maître de l'Art nouveau ont laissé inachevé.
15 يناير 2019
|

Soucieux de contribuer, avec L’Épopée slave, à l’unité spirituelle de ses compatriotes slaves, Mucha est convaincu que l’art, par son pouvoir d’inspiration, peut aider les Slaves et d’autres nations à s’unir dans le sens du progrès de l’humanité.

Pour lui, l’art en diffusant ses idées philosophiques peut rapprocher les peuples et maintenir la paix. Cependant, la paix en Europe sera de courte durée. Le traité de Versailles ne règle pas de manière satisfaisante les questions territoriales entre les nations slaves nouvellement indépendantes. En 1933, Adolf Hitler devient chancelier de l’Allemagne. En 1938, dix ans après le don de L’Épopée slave à la ville de Prague, la Tchécoslovaquie perd d’importantes régions frontalières au profit de l’Allemagne, de la Pologne et de la Hongrie. Le 15 mars 1939, les troupes allemandes font leur entrée dans Prague. La patrie de Mucha voit son indépendance disparaître, vingt ans seulement après l’avoir acquise. En tant que personnalité tchèque et franc-maçon, Mucha est l’une des premières personnes à être arrêtées par la Gestapo. Découragé et souffrant d’une pneumonie, il décède à Prague le 14 juillet 1939, dix jours avant son 79e anniversaire.

triptyche_MUCHA_les3ages.png

Son ultime projet, commencé en 1936 est un triptyque représentant L’Âge de la raisonL’Âge de la sagesse et L’Âge de l’amour (ci-dessus), véritable monument dédié à l’humanité tout entière. Alors que la guerre se rapproche jour après jour, inéluctable, Mucha souhaite dépeindre ces trois vertus, convaincu qu’elles seules peuvent, en agissant en harmonie, contribuer au progrès de l’humanité. Les événements de l'année 1939 laissent le projet inachevé, mais les études qui survivent transmettent le message universel de paix si cher à Mucha.

Découvrez ces dessins dans l'exposition Alphonse Mucha, jusqu'au 27 janvier 2019 au Musée du Luxembourg

Mots-clés