Exposition Rouge : la presse en parle !

Exposition Rouge : la presse en parle !

Découvrez ce que la presse pense de l'exposition Rouge. Art et utopie au pays des Soviets, à voir au Grand Palais jusqu'au 1er juillet 2019 !
2 أبريل 2019
|
la presse parle de l'expo Rouge !

Libération (article de Philippe Lançon du 1er avril 2019) vous emmène dans "une exposition qui balaye quarante ans de création soviétique, de 1917 à la mort de Staline. Une traversée artistique, des avant-gardes au réalisme édifiant jusqu’à la censure et au désenchantement."

 

Le Jeudi (article de Roger-Pierre Turine du 21mars 2019) parle d'une "magistrale exposition", qui "montre comment l’Union soviétique a mis au pas et conditionné ses artistes en trois décennies".

 

Dans son billet culturel du 20 mars sur France Culture, Mathilde Serrel a découvert un "parcours complexe et salutaire" dans l'exposition Rouge, qui remet "la politique au cœur du projet constructiviste des années 20, et repère les éléments de continuité qui ont irrigué les œuvres de propagande stalinienne avant de s’étouffer dans le kitsch d’État, alors que ce "n'était pas chose aisée."

 

Dans le Monde du 21 mars, Harry Bellet se réjouit qu'une exposition "ose enfin dévoiler les oeuvres produites durant le stalinisme, pour beaucoup jamais montrées".

 

Dans le Nouvel Obs (17 mars 2019), Bernard Génies revient sur la symbolique de la couleur rouge avec l'historien Michel Pastoureau, et évoque le fait que "tous les arts ont été convoqués pour cette grand-messe" qu'est l'exposition ! 

 

Gilles Heuré dans Télérama (le 22 mars 2019) parle d'une exposition "incontournable" et "riche de plus de 400 oeuvres" qui donne à voir "les œuvres nées de l’avènement du communisme en URSS, après 1917". 

 

Enfin, Le Figaro (article de Valérie Duponchelle du 20 mars 2019) compare l'expo Rouge à "un thriller dont on connait la fin : sanglante" et explique que "l’intelligence de cette exposition est de faire marche arrière avec entrain dans le passé soviétique."

Exposition Rouge. Art et utopie au pays des Soviets
à voir jusqu'au 1er juillet 2019 au Grand Palais

Mots-clés