Le surréalisme

Le surréalisme

6 Juli 2012
|
Giorgio de Chirico (1888-1978) Il Ritornante, 1918 Huile sur toile Paris, musée national d’Art moderne - Centre Georges Pompidou © ADAGP, Paris 2012 © Collection Centre Pompidou, Dist. RMN / Georges Meguerditchian

Le surréalisme est un mouvement qui touche tous les domaines artistiques : c’est-à-dire les arts visuels, la littérature, la musique, le cinéma… Il est considéré comme un courant révolutionnaire, qui se développe pendant plus de quarante ans.

Les origines du surréalisme

Le surréalisme a pour origine le mouvement Dada, né de la première guerre mondiale. André Breton en donne sa définition dans son manifeste du Surréalisme en 1924. La même année, le Bureau de la recherche surréaliste et la revue La Révolution surréaliste ont été créés. Un second manifeste du Surréalisme est publié en 1929.

Ce mot « surréalisme » a été choisi en hommage au poète et écrivain Guillaume Apollinaire (1880-1918). Ce mouvement utilise les théories (un ensemble d’idées) sur les rêves et sur l’inconscient (ce qui est en dehors la connaissance réelle de soi) de Sigmund Freud (médecin neurologue, inventeur de la psychanalyse, 1856-1939).

Le surréalisme invente « un jeu qui consiste à faire composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes sans qu’aucune d’elles puissent tenir compte de la collaboration ou des collaborations précédentes » ; appelé Cadavre exquis. Ses principaux représentants en art visuel sont :

• Giorgio de Chirico (1888-1978)
• Man Ray (1890 -1976)
• Max Ernst (1891-1976)
• Joan Mirò (1893 -1983)
• René Magritte (1898-1967)
• Victor Brauner (1903-1966)
• Salvador Dali (1904-1989)

Caractéristiques d’une œuvre « surréaliste »

Une œuvre surréaliste se compose généralement d’éléments inattendus, qui n’ont pas forcément de lien les uns avec les autres. Les artistes surréalistes déforment les objets pour créer de nouvelles approches plastiques et iconographiques, grâce au hasard. Ils utilisent différentes techniques comme le dessin automatique, le collage, le frottage…
Les thèmes, que l’on retrouve souvent sont : le rêve, l’imagination, les phénomènes extraordinaires…

Giorgio de Chirico réalise des peintures métaphysiques (liées à l’esprit à la connaissance de l’être, de l’univers) qui vont influencer les surréalistes par la suite. Dans ses tableaux, comme avec Il Ritornante, des éléments reviennent fréquemment comme : des statues, des mannequins, la mélancolie, une atmosphère avec des ombres, une architecture.

René Magritte, avec son œuvre Le Modèle rouge, réalise une métamorphose des pieds en chaussures. S’agit-il de pieds ou de chaussures ? Il crée une blague visuelle. René Magritte veut montrer, à travers son œuvre, que l’union d’un pied et d’une chaussure relève « d’une coutume monstrueuse ».

René Magritte (1898-1967) Le modèle rouge, 1935 Carton, huile sur toile, marouflé, peinture sur toile 56 x 46 cm Paris, musée national d’Art moderne - Centre Georges Pompidou- Achat en 1975 © ADAGP, Paris, 2012 © Collection Centre Pompidou, Dist. RMN / Adam Rzepka

Salvador Dali est une autre grand figure du surréalisme. Ces œuvres sont complètement irréelles qui mêlent les genres (portrait-paysage, nature morte-paysage…). Il montre une grande ambition et précision dans ses peintures.

La sculpture de Victor Brauner, Loup-table, est constituée d’une table et de plusieurs parties d’un corps de renard. Un des pieds de la table est en forme de patte d’animal. L’artiste détourne l’objet qu’est la table en lui offrant une nouvelle identité grâce aux éléments animaliers rajoutés.

Victor Brauner (1903-1966) Loup-table, 1939/1947 Bois et éléments de renard naturalisé, 54 x 57 x 28,5 cm Paris, musée national d’Art moderne - Centre Georges Pompidou Don de Jacqueline Victor-Brauner (Paris) en 1974 © ADAGP, Paris, 2012 © Collection Centre Pompidou, Dist. RMN / Philippe Migeat


Mots-clés