Plongez dans le bleu de Miró !

Plongez dans le bleu de Miró !

Bleu, bleu, bleu ! Avec ce triptyque d'un bleu profond... Miró vous invite à la méditation au Grand Palais.
27 Dezember 2018
|

Bleu I, Bleu II et Bleu III sont les premières oeuvres monumentales peintes dans le nouvel atelier de Miró à Palma de Majorque en 1961.

Installé depuis fin 1956 dans ce nouvel espace que Miró a fait construire par l’architecte Josep Lluís Sert, l'artiste commence à réfléchir dès le mois de février 1960 à une série de tableaux bleus. Jacques Dupin se souvient d’avoir été intrigué par les trois grandes toiles vierges disposées contre les murs de l’atelier et les minuscules esquisses griffonnées à l’encre et au crayon punaisées sur les montants du châssis.

Miro_Bleu_I_II_III_ExpoMiro.png
© Didier Plowy pour la Rmn-Grand Palais 

"J’ai mis beaucoup de temps à les faire. Pas à les peindre, mais à les méditer. Il m’a fallu un énorme effort, une très grande tension intérieure, pour arriver à un dépouillement voulu. […] Je commençais par dessiner au fusain, avec beaucoup de précision. […] L’après-midi, je regardais seulement ce que j’avais dessiné. Tout le reste de la journée, je me préparai intérieurement. Et finalement, je me suis mis à peindre : d’abord le fond, tout bleu ; […] tous les mouvements de la brosse, ceux du poignet, la respiration d’une main intervenaient aussi. “Parfaire” le fond me mettait en état pour continuer le reste. Ce combat m’a épuisé1. "

Presque dix mois s’écoulèrent avant l’ébauche au fusain sur la toile et le passage à l’acte de peindre. Datées au verso, les trois toiles furent achevées le 4 mars 1961, soit trois mois à peine après la dernière série d’esquisses. Dans une longue analyse, Margit Rowell en a expliqué la genèse : "Il semble évident, écrit-elle, que la clef et la source de ces trois tableaux de 1961 se trouvent dans des toiles de 1925. Car, en 1925, Miró a fait une longue série de peintures dont le vide, ou le fond de couleur saturée peuplé de signes épars, étonne de la même manière. " Les trois bleus de 1961 sont donc la synthèse de toutes les expériences menées par Miró, "l’aboutissement", comme a dit le peintre, "de tout ce que j’avais essayé de faire". 

Retrouvez ce triptyque dans l'exposition Miró au Grand Palais jusqu'au 4 février 2019 ! 

 

Rosamond Bernier, « Propos de Joan Miró », L’Oeil, juillet-août 1961, repr. ibid., p. 279-280

Mots-clés