Les débuts du cubisme

Les débuts du cubisme

Abandon de la couleur, décomposition des formes : avec son ami Picasso, Braque invente le cubisme.
20 September 2013
|
Sylvie Blin, journaliste et historienne de l'art
L'année 1907 va s'avérer décisive pour Braque : au printemps, Guillaume Apollinaire lui présente Pablo Picasso. Dans l'atelier du peintre catalan, son fameux tableau « Les Demoiselles d'Avignon » lui fait forte impression. À l'automne de cette même année, la rétrospective de l'œuvre de Cézanne achève de le conforter dans la nouvelle direction qu'il expérimente depuis peu: en se détournant progressivement de la couleur et de ses capacités expressives, il se consacre dorénavant à l'étude exclusive des formes et des volumes.

Georges Braque, Femme à la mandoline, 1910, Museo Thyssen © Adagp, Paris 2013

Dans « La Viaduc de L'Estaque », peint au début de l'année 1908, il a déjà réduit sa palette à quelques tons neutres – l'ocre, le gris et le vert sombre -, concentrant son attention sur l'organisation des volumes dans l'espace, traduits en plans géométriques comme des cubes, qui donneront son nom au cubisme. L'émulation du « compagnonnage » avec Picasso l'encourage dans cette voie: il opte désormais pour un camaïeu de gris et de bruns – des « non-couleurs » -, et décompose les formes comme on déplierait une cocotte en papier. Le motif, découpé en arrêtes et plans rectangulaires, semble vu sous tous les angles à la fois. Délaissant le paysage, il recourt de préférence à la nature morte, propice à ses constructions cubistes, ou à la figure humaine, comme dans « Femme à la mandoline » (1910, Munich). L'instrument de musique – dont Braque est un amateur averti – avec ses cordes et son ouverture ronde, se prête merveilleusement au traitement pictural de l'artiste. 

Mais en 1911, le peintre semble dans une impasse: le motif, réduit à quelques lignes - « Femme lisant », « Nature morte au violon » - n'est plus identifiable. La limite avec l'abstraction est atteinte, et cette phase « analytique » du cubisme prend fin, au profit d'un retour à une autre forme de figuration. Il n'en reste pas moins que ces quelques années d'intense production auront été décisives pour l'artiste et pour l'histoire de la peinture.

Read also

It’s a Picasso !

Article - 15 December 2015
For most people, “a Picasso” is a painting from the second half of the 1930s. Picasso’s Cubo-Surrealist style during this period was also his most celebrated – given its surprising facial deformations – and perhaps his most complex.
Browse magazine