5 bonnes raisons d'aller voir Joséphine...

L'exposition Joséphine ferme ses portes le 29 juin, venez découvrir ce montage que la presse salue. Voici 5 bonnes raisons d'y aller !
20 juin 2014
|
Andrea Appiani, Portrait de l'impératrice Joséphine, reine d'Italie, 1807, Huile sur toile, 100 x 76 cm, Musée national du château de Malmaison, © Rmn-Grand Palais / Gérard Blot

Parce que  "Après une première salle évoquant l’enfance idéalisée de Joséphine au sein d’une aristocratique famille de planteurs des Trois-Îlets, s’ouvre une seconde où tout n’est que beauté, luxe et volupté"
La Croix, article de Didier Méreuze le 4 avril

Parce que "Femme et grand-mère de deux empereurs, Joséphine de Beauharnais (1763-1814) méritait bien cette exposition au musée du Luxembourg, qui fait entrer les visiteurs dans son intimité"
Le Parisien, article publié le 15 mars

Parce que "Un bel oiseau des îles, superficiel, volage et gazouillant, telle est l'image que l'on retient de Joséphine de Beauharnais. Elle était tout le contraire pour le musée du Luxembourg, qui revient, à travers des collections célèbres et rares sur le destin de l'impératrice"
Le Journal du dimanche, article publié le 29 mars


Parce que "Parmi les pièces les plus remarquables, l’anneau en or plein serti d’un grenat qu’elle portait lors de son couronnement, en 1804, ou encore un somptueux diadème en nacre, or, perles et pierres de couleur, exécuté dans un seul et même coquillage"
Le Pélerin, article d'Elodie Chermann le 29 avril

Parce que "Elle est la reine incontestée de Paris en ce moment"
RTL, émission de Stéphane Bern, A la bonne heure, le 10 avril



A lire aussi

L'âge d'or de l'enfance

Article - 28 novembre 2019
De nombreux portraits d'enfants sont présentés dans l'exposition. Le XVIIIe siècle est l'essor des sentiments et des relations personnelles dans la société anglaise, notamment grâce aux écrits de Rousseau. Découvrez deux des portraits de Reynolds, pleins d'humour et de références au passé !

Reynolds vs Gainsborough : le face à face

Article - 26 septembre 2019
À partir des années 1760, Joshua Reynolds et Thomas Gainsborough s’imposent en Angleterre dans le domaine du portrait. Tous deux obtiennent des commandes royales et sont des « peintres du roi ». La critique de l’époque les opposait régulièrement et ils en ont certainement joué en produisant des œuvres dans l’intention délibérée était d’inviter à la comparaison. Leur rivalité était même devenue un spectacle !
Tout le magazine