Cartier : le joaillier des rois

Joaillier d'exception, Cartier a attiré dès ses débuts l'une des clientèles les plus recherchées: celle des monarchies européennes.
24 janvier 2014
|
Sylvie Blin, historienne de l'art et journaliste
Portrait de Marie de Roumanie portnt un saphir, Archives Cartier © Cartier
Dès les années 1850, plusieurs personnalités influentes de la cour impériale franchissent les portes de la boutique Cartier: ainsi la princesse Mathilde a-t-elle acheté plus de deux cents pièces auprès du célèbre joailler, qui devient fournisseur de la Cour impériale. Eugénie elle-même lui commande en 1859 un service à thé en argent.

Dans la première moitié du XXe siècle, les familles royales européennes leur emboitent le pas, et Cartier devient un spécialiste du diadème. Arrière-petite-fille de Lucien Bonaparte, épouse du fils de Georges 1er de Grèce, Marie Bonaparte commande un ensemble important de bijoux pour son mariage en 1907, dont un sublime diadème en platine et diamants, au motif impérial de palmes. Trois ans plus tard, c'est Elisabeth, reine des Belges, qui acquiert un diadème lui aussi créé par Cartier.

Petite-fille de la reine Victoria et du tsar Alexandre II, Marie de Roumanie possédait l'une des plus impressionnantes collections de joyaux qui soit, et c'est à Cartier qu'elle commanda un collier orné d'un saphir de 478 carats, l'un des plus gros du monde, mais aussi plusieurs diadèmes. Plus spectaculaire encore, la commande passée par le Maharajah de Patiala en 1925: plusieurs milliers de pierres, essentiellement des diamants, dont un un diamant jaune de 234 carats, devant former un collier de cérémonie respectant les formes indiennes traditionnelles, tout en intégrant les tendances Art déco. Autre cliente de marque, la bégum Andrée Aga Khan se fait faire le diadème Halo, formant une auréole de lotus stylisés.

L'année 1937 marque elle aussi un moment fort de la Maison, avec vingt-sept commandes de diadèmes, à l'occasion du couronnement de George VI d'Angleterre. Quant à celui que le futur roi avait offert à son épouse, il fut donné à sa fille Elizabeth pour ses dix-huit ans. La souveraine l'a à son tour prêté à Kate Middelton, pour ses noces avec son petit-fils William.
Mots-clés
A lire aussi

Quand Cartier nous fait voyager en Inde...

Article - 31 mai 2017
Profitez des derniers jours de l'exposition pour découvrir l'influence indienne sur les créations de la Maison Cartier du début du XXe siècle. Bon voyage !

Adieu 2014!

Article - 26 décembre 2014
Il semblerait que c’était hier que nous réfléchissions à la saison que nous allons bientôt clore.
Nous avons vécu une année impériale, étincelante, spirituelle, en couleurs et en noir et blanc; nous sommes partis au Japon, à New York, à Rome, en Chine, dans une étrange cité et jusqu’au fin fond de notre imagination.
Tout le magazine