Chuck Close et l'art du portrait figuratif

Chuck Close est l’un des artistes préférés de Doris et Donald Fisher dont ils ont acquis quatre de ses œuvres...
29 avril 2015
|
Pauline Weber
Caractérisé par ses portraits figuratifs photoréalistes reproduits à très grande échelle, son art est de toute évidence une contre-réaction aux erreurs de la nature. Atteint de « prosopagnosie », il est en effet incapable de reconnaître les visages. C’est sans nul doute ce handicap qui l’a poussé à trouver sa position d’artiste dans la nébuleuse new-yorkaise où il débarque fraîchement, Bachelor et Master of Art en poche1, en 1967.
 
Chuck Close, Robert, 1997 © Chuck Close, license through Pace Gallery, New York © Ellen Page Wilson.
Doté d’un habile coup de pinceau, il semblait davantage destiné à suivre la voie de l’expressionnisme abstrait et de son père spirituel Willem de Kooning. Pourtant, le destin en a voulu autrement : « J’ai jeté mes outils. J’ai choisi de faire des choses avec lesquelles je n’avais aucune facilité » reconnaît-il. À New-York, il boit littéralement tout ce qui l’entoure, rencontre de nombreux artistes à l’image de Robert Rauschenberg, Roy Lichtenstein ou Agnès Martin avec qui il se plait à entrer dans des débats houleux et qui lui servent également de modèles. Dès ses débuts, Chuck Close peint principalement sa famille et ses amis.
 
Pour créer ses « têtes » pour reprendre un terme qu’il affectionne, Chuck Close part d’une photographie qu’il divise à l’aide d’une grille et qu’il reproduit minutieusement, carré par carré sur la toile. D’un simple outil, la grille va progressivement faire partie intégrante de son processus créatif et devenir un sujet en tant que tel.
 
Compte tenu de leurs formats immenses, les portraits de Chuck Close n’épargnent aucun détail et montrent un hyperréalisme poignant qui sera tour à tour grisé, pixellisé, flouté au grès de l’évolution de son travail. « Je pense que le visage est une sorte de carte routière de la vie d’une personne. »
 
Un autre coup du sort s’abat sur l’artiste en 1988. Victime d’une rare lésion de la moelle épinière qui le prive en grande partie de l’usage de ses membres, il invente alors un système pour faire tenir son pinceau à son poignet et à son avant-bras. À la manière de Matisse qui atteint d’un cancer à la fin de sa vie, découpait des feuilles de papier coloré à défaut de peindre, Chuck Close prend sa revanche contre la maladie et renouvelle avec force l’impact visuel de son œuvre qui au delà de la peinture comprend gravures, photographies et tapisseries basées sur des polaroids.
 
Pauline Weber


1. Chuck Close reçoit en 1962 son Bachelor of Arts de l’Université de Washington à Seattle, puis son Master of Fine Arts de l’université de Yale en 1964.



A lire aussi

Les portraits de Penn comme des miroirs de l’âme...

Vidéo - 2 novembre 2017
Dans les années 1950 et au début des années 1960, le regard d’Irving Penn, son inventivité et ses compétences techniques sont très demandés. Il partage son temps entre la publicité et les photographies de mode ou de célébrités pour Vogue.

Irving Penn à Paris : la mode mais pas que !

Vidéo - 25 octobre 2017
En juillet 1950, alors qu’Irving Penn photographie les collections parisiennes pour Vogue, il commence une série sur les petits métiers, qu’il poursuivra à Londres et à New York. Ce sera la série la plus importante de sa carrière.
Tout le magazine