Cima da Conegliano, maître de la Renaissance Vénitienne : les conférences

Redécouvrez les conférences autour de l'exposition Cima da Conegliano, maître de la Renaissance Vénitienne au Musée du Luxembourg.
29 juin 2012
|
Piste 1 : Cima da Conegliano, maître de la Renaissance vénitienne
12 avril 2012
Avec Cécile Maisonneuve, docteur en histoire de l’art, chargée de programmation à la Réunion des Musées nationaux.
 
Piste 2 : Le paysage dans la culture de la Renaissance
26 avril 2012
Avec Hervé Brunon chargé de recherche au CNRS et directeur-adjoint du centre André Chastel.
 
Piste 3 : Le geste dans la peinture italienne de la Renaissance
10 mai 2012
Avec Nadeije Laneyrie-Dagen, professeure d’histoire de l’art à l’Ecole normale supérieure.
 
Piste 4 : Art et économie
13 avril 2012
Avec les étudiants de l’Université de Paris-Dauphine.
 
Piste 5 : Le Sacré peut-il encore inspirer ?
11 mai 2012
Avec Isabelle Raviolo et Joël Kermarrec.
 
Piste 6 : La couleur à Venise au tournant du XVIe siècle
7 juin 2012
Avec Isabelle Bouvrande, Chercheur associé au Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance, Tours.
 
Piste 7 : Imprimé ou numérique, le livre au cœur de toutes les Renaissances ?
22 juin 2012
Avec Christian Fauré et Anne Réach-Ngô.
 
Piste 8 : Les ateliers vénitiens et leur pratique au XVe et XVIe siècle
28 juin 2012
Avec Michel Hochmann, professeur d'histoire de l’art à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes.

Retrouvez toutes nos conférences en ligne sur iTunes U et Soundcloud et France Culture Plus
A lire aussi

L'âge d'or de l'enfance

Article - 28 novembre 2019
De nombreux portraits d'enfants sont présentés dans l'exposition. Le XVIIIe siècle est l'essor des sentiments et des relations personnelles dans la société anglaise, notamment grâce aux écrits de Rousseau. Découvrez deux des portraits de Reynolds, pleins d'humour et de références au passé !

Reynolds vs Gainsborough : le face à face

Article - 26 septembre 2019
À partir des années 1760, Joshua Reynolds et Thomas Gainsborough s’imposent en Angleterre dans le domaine du portrait. Tous deux obtiennent des commandes royales et sont des « peintres du roi ». La critique de l’époque les opposait régulièrement et ils en ont certainement joué en produisant des œuvres dans l’intention délibérée était d’inviter à la comparaison. Leur rivalité était même devenue un spectacle !
Tout le magazine