Colorie avec Artistes et Robots

17 mai 2018
|

Les œuvres de l'exposition «Artistes et Robots» à colorier ! Clique sur le lien  pour télécharger le pdf à imprimer avec toutes les œuvres :  Télécharger les coloriages Artistes et Robots ! ou clique sur chaque image pour les imprimer séparément.

Peter Kogler: Untitled, 2018

Coloriage%20Peter%20Kogler.png
Peter Kogler, Né à Innsbruck (Autriche), en1959, Untitled2018, Impression digitale sur vinyle, Dimensions variables, Avec l’aimable autorisation de l’artiste, © Peter Kogler

 

 

 

 

 

 

 

Observe cette œuvre, on croirait rentrer dans une grotte ou un labyrinthe. Grâce à cette œuvre, l’artiste Peter Kogler te plonge dans son univers. Une seule et unique forme se répète . Ces motifs ont été créés par un ordinateur. Ils ont ensuite été imprimés sur un papier-peint. Chaque forme semble vibrer, se tordre ou se déformer, on appelle ça une illusion d’optique !

Manfred Mohr: Cubic Limit 
 

JP_Coloriage_A%26R_%20Manfred%20Mohr.png
Manfred Mohr, Né à Pforzheim (Allemagne), en 1938, Cubic Limit, 1973-1974, ilm 16 mm, algorithmique généré par ordinateur et converti
en format digital. Durée: 4 minutes, © Manfred Mohr

 

 

 

 

 

 

 

 

L’artiste Manfred Mohr est un des précurseurs de l’art génératif et informatique.
Il a imaginé Cubic Limit à partir d’une machine graphique. Il s’est servi d’un cube géométrique pour créer un alphabet composé de signes visuels abstraits.
Chaque forme apparaît dans une grille, produisant l’image en mouvement d’un cube en rotation.

 

Nicolas Schöffer: CYSP 1

JP_Coloriage_A%26R_%20Nicolas%20Schoeffer.png
Nicolas Schöffer, Kalocsa (Hongrie), 1912-1992, Paris, CYSP 1, 1956, Sculpture cybernétique à déplacement autonome.
Structure en acier peint en noir, plaques mobiles polychromes, moteur, microphones, socle technique complexe; H. 250 × L. 130 × P. 170 cm, © Adagp, Paris 2018 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’artiste Nicolas Schöffer a créé ce robot il y a plus de 60 ans.
Il possède un petit cerveau électronique relié à des capteurs. Il peut ressentir du son, de la lumière ou encore des couleurs et interagir avec son environnement.
«Cysp 1» est un mot composé des premières lettres des mots cybernétique et spatiodynamisme.
En 1956, l’œuvre a dansé sur les toits de la Cité radieuse, à Marseille, avec les danseurs de Maurice Béjart, sur une musique de Pierre Henry. C'est une œuvre d'art totale, c'est-à-dire une œuvre qui réunie différentes techniques artistiques et qui sollicite nos cinq sens.

Mots-clés
A lire aussi
Tout le magazine