Concours Lomo x Grand Palais : les gagnants

A l'occasion de l'exposition "Un moment si doux" de Raymond Depardon, nous vous avons proposé de nous raconter votre premier souvenir photographique en photo ou en texte. Nous avons récolté plus de 250 témoignages dont deux nous ont séduit.

31 janvier 2014
|
Bravo à Gapacheco pour sa photo et à Coralie Goyard pour son très beau texte. Nos deux gagnants repartent avec deux appareils photo La Sardina Lomography Depardon spécialement conçu pour l'exposition, des laissez-passer et le catalogue "D'un moment si doux"

© Gapacheco


Et voici le récit de Coralie Goyard

"Le récit de mon premier souvenir photographique sera celui de 2013, depuis le passage au numérique. Quand j'étais petite, nous n'avions que l'argentique. Vers l'âge de dix ans, quand nous commencions à partir seul en vacances avec les grands-parents ou en colonie, nous ne prenions des photographies qu'avec des appareils jetables. Mais avec le temps, ce souvenir s'est effacé, les photos de l'adolescence demeurent, mais le récit de l'utilisation de l'appareil jetable a péri. Dès lors, mon premier souvenir photographique, celui de ma puberté, n'est plus racontable. Un nouveau souvenir est tout de même venu le remplacer en 2013, quand pour mon pot de départ, mes collègues de l'agence pour laquelle je travaillais il y a encore quelques mois décident de m'offrir un appareil Lomo grand angle. Moi, qui m'étais lassée du numérique, de ces photos sur écran qu'on ne regarde finalement jamais, qui restent stockées sur un disque dur, rangé dans un placard, je fus agréablement surprise. C'était le cadeau idéal.

Ainsi, mes vacances d'été furent ponctuées par cet appareil aspect peau de serpent avec un immense objectif par rapport à la taille du boitier. Me voilà alors obligée d'expliquer à tout le monde ce qu'est cette chose étrange - non ce n'est pas un jouet - et qu'il faut se positionner et sourire quand je le dis car il n'y aura qu'une prise. Une seule prise... Nous ne sommes plus habitués finalement à ce qu'il n'y ait qu'un seul essai, à ne pas pouvoir avoir le rendu final immédiatement, à devoir accepter qu'il faudra attendre la fin d'une pellicule pour enfin pouvoir regarder la photo de famille, une fois l'été passé. C'est cette sensation qui me manquait tant : cette réelle impression de souvenir, qu'on peut ressortir aisément, qu'on peut afficher, encadrer, et que l'on découvre parfois des mois après la prise de cliché. On redécouvre alors cet instant, qu'on prend plaisir à montrer aux personnes qui étaient présentes au moment de la photographie. Puis ces photos ratées qui ont tout de même leur charme, et qui nous permettent d'améliorer notre technique au fur-et-à-mesure des prises.

Chaque cliché devient unique, ne faisant pas partie d'une série de quarante photos toutes plus inutiles que les autres. Non, chaque photo prend de l'importance parce qu'on l'a dans les mains, parce qu'elle nous fait vraiment plaisir, cela nous réjouit de nous rappeler ce moment photographié. Chaque cliché prend son importance lorsqu'on ne peut n'en prendre qu'un seul à la fois, lorsqu'on prend du temps pour placer la scène, pour installer les personnages, le cadre, la luminosité. Chaque photographie est réfléchie.

Cette sensation m'est revenue dès le premier cliché de mon Lomo : dans le bois de Vincennes, avec une amie de longue date, au bord du Lac des Minimes, au mois de juillet dernier. Sa tête en plein milieu, le paysage au fond. Bien sûr, avec un grand angle, sa tête fut complètement déformée, son nez grossi au milieu et le reste de la tête étendu sur les côtés. Cette découverte fut amusante au moment du développement trois mois plus tard. Ce cliché, je le conserverai dans mon album de vie, à la suite de ma dernière photographie prise avec un appareil jetable douze ans auparavant. Ce souvenir-là est encore tout frais, et cela fait plaisir d'en avoir un. Depuis, je prends de nouveau plaisir à prendre des photographies, à régler mon Lomo - bien que le niveau de réglages soit minime - et j'apprécie d'avoir le résultat en mains ensuite. Depuis la première fois avec mon Lomo, la photographie a pris une toute nouvelle importance dans ma vie."

Retrouvez notre dossier sur la toute première fois photographique regroupant différents portraits de photographe
A lire aussi

Le Grand Palais : toujours connecté !

Article - 15 juin 2016
Dans un sujet pour le Journal Télévisé consacré à la culture connectée, France 2 n'a pas manqué de revenir sur la visite avec les lunettes connectées que le Grand Palais propose : le premier musée français à expérimenter cette technologie...
Tout le magazine