Confusion des genres... - Histoire des Chefs-d'œuvre de Budapest n°5

Pour vous faire découvrir un peu plus les Chefs-d'œuvre de Budapest exposés au Musée du Luxembourg du 9 mars au 10 juillet 2016, explorons les petites histoires de ces grandes œuvres...
10 mai 2016
|
Jacopo Robusti, dit Tintoret, Hercule chassant Faunus du lit d’Omphale, vers 1585, Budapest, musée des Beaux-Arts
Confusion des genres... - Histoire des Chefs-d'œuvre de Budapest n°5

Le mythe antique d’Hercule offre aux artistes de la Renaissance de multiples sujets. La vie du héros inspire même à l’humaniste italien Gregorio Giraldi un long poème publié en 1557 d’où découle
peut-être le sujet de ce tableau. L’épisode représenté ici n’est pas le plus connu, mais il est certainement le plus enjoué. Dans l’Antiquité, il avait été raconté par Ovide (Fastes II, 331-358). Éperdu d’amour pour Omphale, reine de Lydie, Hercule s’est laissé convaincre d’échanger avec elle ses vêtements et attributs. Une nuit, alors qu’ils sont couchés chacun dans le lit de l’autre, Faunus s’introduit discrètement dans la grotte où ils se sont cachés et, trompé par les vêtements féminins, se couche à côté d’Hercule. Celui-ci chasse l’intrus d’un violent coup de pied.
Aux cris d’Omphale, réveillée en sursaut, les serviteurs accourent et rient aux dépens du  dieu de la nature.

Dans un esprit et avec des moyens typiquement maniéristes, Tintoret met en scène la farce avec un dynamisme impétueux. La lumière vacillante des flambeaux arrache les personnages à l’obscurité. Elle souligne le désordre calculé et l’équilibre précaire de leur disposition en diagonale. Selon Carlo Ridolfi, qui publie à Venise en 1648 une biographie de Tintoret dans un ouvrage intitulé Le Maraviglie dell’Arte, ce tableau avait été peint pour Rodolphe II, particulièrement friand de ces thèmes mythologiques à connotation érotique. Il faisait certainement partie d’une série de quatre, destinée à orner la résidence de cet empereur à Prague.



 






A lire aussi

L'âge d'or de l'enfance

Article - 28 novembre 2019
De nombreux portraits d'enfants sont présentés dans l'exposition. Le XVIIIe siècle est l'essor des sentiments et des relations personnelles dans la société anglaise, notamment grâce aux écrits de Rousseau. Découvrez deux des portraits de Reynolds, pleins d'humour et de références au passé !

Reynolds vs Gainsborough : le face à face

Article - 26 septembre 2019
À partir des années 1760, Joshua Reynolds et Thomas Gainsborough s’imposent en Angleterre dans le domaine du portrait. Tous deux obtiennent des commandes royales et sont des « peintres du roi ». La critique de l’époque les opposait régulièrement et ils en ont certainement joué en produisant des œuvres dans l’intention délibérée était d’inviter à la comparaison. Leur rivalité était même devenue un spectacle !
Tout le magazine