Des changements dans l'art

12 juin 2012
|
Masaccio, La Trinité, Vers 1425 Italie, Florence, église Santa Maria Novella © Archives Alinari, Florence, Dist. RMN / Georges Tatge


Cette période est caractérisée par un réel renouveau dans l'art

La Renaissance est également un courant artistique.  Les styles sont très différents en fonction des pays mais on remarque des points communs : une recherche de réalisme, l’utilisation de la perspective, la recherche de lumière, de nouvelles techniques et de nouveaux sujets. Ce sont ces innovations qui marquent la rupture avec l’art du Moyen Âge.

Une recherche de réalisme

L’art de l’époque médiévale représentait des personnages plats, sans volumes, juxtaposés sur des fonds unis. Les formes et les couleurs étaient plus symboliques que réelles. Par exemple, le personnage le plus important était plus grand que les autres. Les artistes de la Renaissance ont le souci de représenter leurs scènes de façon plus réaliste et non selon des règles. Comme les grecs et les romains qu’ils admiraient, ils se mirent à étudier le corps humain en faisant poser des modèles vivants pour respecter les proportions. Ils observent attentivement la nature et intègrent leurs personnages dans des paysages.

Léonard de Vinci (1452-1519) L'Annonciation, 1472-75 H.: 1; L. : 2,17 m. Italie, Florence, Galleria degli Uffizi ©Archives Alinari, Florence, Dist. RMN / Georges Tatge

La perspective

La science neuve de la perspective donne l’illusion de la troisième dimension, accentue le réalisme. Les peintres vont utiliser à présent la perspective avec un seul point de fuite pour donner de la profondeur à l’œuvre. Depuis l’antiquité, les peintres recherchent cet effet mais c’est Brunelleschi qui en donne la solution mathématique. Le premier à porter de l’intérêt aux travaux de l’architecte est Masaccio. Il peint pour l’église Santa Maria Novella, à Florence, une Trinité. La scène semble se dérouler dans une véritable chapelle.

Des nouvelles techniques de peinture

Les peintres n’achetaient pas des tubes de peintures mais préparaient eux-mêmes leurs couleurs à base de pigments : des plantes, des minéraux. Au Moyen Âge, ils les écrasaient finement avec du blanc d’œuf pour en faire une pâte. La matière séchait très vite ! On devait peindre rapidement et on ne pouvait reprendre une œuvre. Le peintre flamand Jan Van Eyck aurait inventé ou au moins perfectionné une nouvelle technique picturale au début du XVe siècle : la peinture à l’huile. Il remplace l’œuf par de l’huile. La pâte prend plus de temps à sécher. Il a donc plus de temps et travaille avec plus de précision. Les couleurs à l’huile donnent une grande luminosité aux tableaux et permettent de travailler la transparence des couches.

Jan Van Eyck (vers 1390-1441) La Vierge du chancelier Rolin, vers 1435 Provient de la Collégiale Notre-Dame d’Autun Huile sur bois. H. : 66 ; L. : 62 cm. Paris, musée du Louvre ©RMN / Hervé Lewandowski



La Lumière

La Renaissance est souvent rattachée à une recherche de la lumière. On la trouve en peinture mais aussi en architecture. Les bâtiments étaient de véritables forteresses avec des murs épais et des fenêtres étroites. Les églises gothiques grâce aux voûtes et aux ogives allègent ces murs. Les vitraux font pénétrer une lumière colorée dans l’édifice. Au XVesiècle et au XVIesiècle, on élargit toutes les ouvertures. On rythme les façades de grandes baies qui permettent d’ouvrir les demeures sur l’extérieur et de faire rentrer la lumière. L'organisation en étages des bâtiments avec des ouvertures régulières est un modèle encore utilisé de nos jours.

De nouveaux thèmes

Les arts ne vont plus se restreindre aux sujets religieux. Si on en trouve toujours en grand nombre, les thèmes profanes apparaissent. Ils montrent la place importante accordée à l’homme pendant la Renaissance. Les portraits se multiplient. La lecture des textes antiques amène les grands mécènes à commander des toiles avec des sujets mythologiques. Ces mythes étaient connus au Moyen Âge mais à la Renaissance, ils deviennent très familiers. Sandro Botticelli, un des plus grands peintres florentins, est connu pour ses immenses toiles mythologiques. Il fait l’éloge de la beauté à travers ces déesses.

Sandro Botticelli (1445-1510) Le Printemps, 1477-1478 Huile sur bois. H.: 2; L. : 3.140 m. Italie, Florence, Galerie des Offices ©Archives Alinari, Florence, Dist. RMN / Georges Tatge
Mots-clés
A lire aussi

Dossier pédagogique : Un Grand Palais pour les arts ménagers

- 25 février 2020
Il y a 60 ans, le 25 février 1960, était inauguré le dernier Salon des Arts Ménagers au Grand Palais. Le monument connaîtra bien d’autres célèbres rendez-vous, mais aucun n’aura la durée, l’importance et la renommée de ce salon bien particulier. Pour cette date anniversaire, redécouvrons son incroyable histoire et rendons hommage à son inventeur : Jules-Louis Breton.

Expo Greco : tous les podcasts

- 24 février 2020
Retrouvez tous les podcasts de l'exposition Greco, en écoute gratuite et illimité grâce à notre chaine SoundCloud !
Tout le magazine