Élisabeth Louise Vigée Le Brun, portraitiste de Marie-Antoinette

Après avoir livré en 1778, à la satisfaction générale, le premier grand portrait officiel de Marie Antoinette, Madame Vigée Le Brun fut régulièrement sollicitée pour fixer les traits de la reine...
17 novembre 2015
|
Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Portrait de Marie Antoinette en robe de mousseline dite ‘à la créole’, ‘en chemise’ ou ‘en gaulle’. © Hessische Hausstiftung, Kronberg im Taunus
Elle s’inscrivit alors parfaitement dans la tradition courtisane qui, sans cesser d’être fidèle, c’est-à-dire sans perdre la ressemblance, embellissait imperceptiblement certains modèles. Aussi son succès fut-il complet.

En 1783, elle prit cependant quelques libertés en représentant la souveraine en robe de gaulle. Exposé au Salon, le portrait suscita des réactions indignées, la critique s’étonnant qu’un modèle aussi noble puisse paraître en tenue d’intérieur. L’artiste n’en perdit pour autant ni la clientèle royale, ni celle de la cour.

La manière dont elle savait transcrire les carnations, les étoffes et les autres matières, ses contrastes insolites de couleurs et ses effets subtils d’ombre et de lumière assurèrent son succès auprès de cette clientèle choisie.
Mots-clés
A lire aussi

Rubens et le cycle sur Marie de Médicis

- 4 janvier 2018
Rubens est sollicité en 1621 par la cour de France. Marie de Médicis lui commande, pour les galeries du palais du Luxembourg, deux cycles narrant sa vie et celle d’Henri IV, son défunt mari. Tout au long de son règne et même au-delà, Marie de Médicis se sert des artistes afin de façonner une image d’elle-même qui légitime sa position politique et en gomme les aspects les plus désagréables ou polémiques. Rubens et son ami Pourbus, mais aussi Van Dyck, excellent dans cet exercice.
Tout le magazine