Femme vue de dos - Carambolages : les secrets des œuvres

L'exposition Carambolages rassemble 185 œuvres plus variées et originales les unes que les autres. Pour vous aider à les découvrir, le Grand Palais vous propose d'en mettre quelques unes en lumière tout au long de l'exposition.
8 juin 2016
|
Jacques-Fabien Gautier d’Agoty, Femme vue de dos, disséquée de la nuque au sacrum, dite «l’Ange anatomique», 1745, Paris, Muséum national d'Histoire naturelle, bibliothèque centrale
Femme vue de dos - Carambolages : les secrets des œuvres

Cette gravure fait à l’origine partie d’un ouvrage, le Traité de myologie, comportant vingt planches réalisées par l’artiste, toutes représentant différentes parties de l’anatomie des muscles du corps humain. Si elles ne sont pas rigoureusement exactes du point de vue médical, elles n’en constituent pas moins une relative révolution technique, puisqu’elles sont réalisées à partir d’un procédé extrêmement novateur pour l’époque: la quadrichromie. Cette manière de colorer la gravure est par ailleurs encore utilisée aujourd’hui, avec l’emploi du cyan, du magenta et du jaune, auxquels on ajoute du noir. Ce dos de femme a fasciné les surréalistes qui aiment se moquer d’une peinture qui leur semble académique, et qui pourtant traite de cette morbidité fascinante, que l’on retrouve dans le Boeuf écorché de Soutine. C’est André Breton qui surnomme l’oeuvre «l’Ange anatomique», lui trouvant à la fois une certaine beauté tout en ironisant sur la chair de la jeune femme, déployée comme deux ailes, et faisant ainsi penser à certaines compositions de la Renaissance. Si cette posture peut évoquer quelque torture, c’est bien le rapport à une forme particulière de nature morte que les surréalistes apprécient. Cette «beauté convulsive », telle qu’ils la nomment, sera plus particulièrement commentée par Prévert qui raconte sa rencontre avec l’oeuvre alors qu’il déambule sur les quais de Seine: «Oui, je voyais surtout une chose que l’imagier avait oubliée: le label cousu main sur la doublure pourpre du manteau de peau blanche, l’étiquette du grand couturier: “Création Dieu père et fils.” Et je riais. Je savais qu’il ne s’agissait pas de haute couture mais simplement de prêt-à-porter.»






A lire aussi

Le portrait de Madame Fantin-Latour

Article - 20 décembre 2016
Henri Fantin-Latour a peint Victoria Dubourg à cinq reprises : trois portraits individuels et deux autres où elle figure, l’un avec sa sœur Charlotte et l’autre dans le célèbre portrait collectif de sa famille.

Comment les femmes de Tintin sont-elles entrées dans nos vies ?

Article - 10 novembre 2016
Ce lundi 14 novembre à 18h, venez assister gratuitement à la conférence "Diva, voyante ou concierge… comment les femmes de Tintin sont-elles entrées dans nos vies ?". Avec Albert Algoud, humoriste, animateur de radio et de télévision.

Fantin-Latour : un bouquet "de fiançailles"

Article - 26 octobre 2016
Henri Fantin-Latour rencontre Victoria Dubourg au musée du Louvre en 1866 alors que tous deux copient "Le Mariage mystique de sainte Catherine de Corrège". Ils se fiancent en mai 1869 et c’est à cette occasion que Fantin offre cette nature morte – dont le titre en conserve le souvenir – à Victoria.
Tout le magazine