"Fragonard amoureux. Galant et libertin" : les derniers jours

Vous avez jusqu'au 24 janvier 2016 pour tomber sous le charme de l'exposition "Fragonard amoureux. Galant et libertin" au Musée du Luxembourg. Faites vite ! Voyez ce qu'il ne faut pas manquer.
18 janvier 2016
|
Jean-Honoré Fragonard (1732-1806), Le verrou (détail), huile sur toile, 73 x 93 cm, Paris, musée du Louvre, © Rmn-Grand Palais (musée du Louvre) / Daniel Arnaudet
Jean-Honoré Fragonard (1732-1806) fut sans doute le peintre français le plus emblématique du XVIIIème siècle. Peintre d'histoire, de genre et de paysages, il excella dans le genre érotique pour lequel il obtint le plus grand succès. L’inspiration amoureuse parcourt en effet l’œuvre protéiforme et généreuse du « Divin Frago », depuis les compositions champêtres de ses débuts jusqu’aux allégories amoureuses qui occupèrent la fin de sa carrière.
 
Réunissant peintures, dessins et ouvrages illustrés, au contenu érotique parfois explicite, l’exposition du Musée du Luxembourg met pour la première fois en lumière l’œuvre de Fragonard à travers ce prisme amoureux, la resituant à la croisée des préoccupations esthétiques et morales du siècle des Lumières.
 
À travers une sélection exceptionnelle de plus de 80 œuvres célèbres ou plus confidentielles, le parcours dévoile Fragonard peintre, mais aussi dessinateur et même illustrateur, avec les dessins qu’il réalisa pour les Contes de La Fontaine (prêt exceptionnel du musée du Petit Palais) et le Roland furieux de l’Arioste.  
 
Tout au long de ce parcours, les œuvres de Fragonard sont mises en regard avec celles de certains de ses contemporains avec qui il noua un dialogue fécond autour de la représentation du sentiment amoureux : François Boucher, Jean-Baptiste Greuze ou encore les illustrateurs Charles Eisen et Jean-Michel Moreau le jeune ainsi que les écrivains Diderot, Rousseau, Crébillon ou Claude-Joseph Dorat.
 
Parmi les œuvres à voir :
- Le Verrou
- L'Enjeu perdu ou Le Baiser gagné
- La Servante justifiée, illustration des Contes de La Fontaine
- Les Amants heureux ou L’instant désiré
A lire aussi

L'âge d'or de l'enfance

Article - 28 novembre 2019
De nombreux portraits d'enfants sont présentés dans l'exposition. Le XVIIIe siècle est l'essor des sentiments et des relations personnelles dans la société anglaise, notamment grâce aux écrits de Rousseau. Découvrez deux des portraits de Reynolds, pleins d'humour et de références au passé !

Reynolds vs Gainsborough : le face à face

Article - 26 septembre 2019
À partir des années 1760, Joshua Reynolds et Thomas Gainsborough s’imposent en Angleterre dans le domaine du portrait. Tous deux obtiennent des commandes royales et sont des « peintres du roi ». La critique de l’époque les opposait régulièrement et ils en ont certainement joué en produisant des œuvres dans l’intention délibérée était d’inviter à la comparaison. Leur rivalité était même devenue un spectacle !
Tout le magazine