Fragonard en 10 dates

Avant de venir admirer l'exposition "Fragonard amoureux. Galant et libertin" du 16 septembre 2015 au 24 janvier 2016 au Musée du Luxembourg, apprenez-en plus sur Jean-Honoré Fragonard en 10 dates...
9 septembre 2015
|


Le Verrou, l'Escarpolette, la légèreté de l'amour, le libertinage...Le nom de Fragonard suscite certainement chez vous un certain nombre d'images et de pensées. Pour mieux connaître cet artiste exposé du 16 septembre 2015 au 24 janvier 2016 au Musée du Luxembourg, découvrez-le en 10 dates.

- 1732 : Naissance à Grasse puis installation de la famille à Paris (vers 1738)
- vers 1748-1752 : Commence sa formation de peintre auprès de Jean-Baptiste Chardin puis de François Boucher
- 1752 : Remporte le Grand Prix de l’Académie royale de peinture puis pensionnaire de l’Académie de France à Rome (1756-1761)
- 1765 : Agréé par l’Académie royale de peinture. Expose pour la première fois ses oeuvres au Salon
- 1767 : Commande des Hasard heureux de l’escarpolette
- 1769 : Le 17 juin mariage avec Marie-Anne Gérard (1745-1823), le 16 décembre naissance de leur fille Rosalie
- 1771-1772 : Cycle des Progrès de l’amour pour le pavillon de Madame Du Barry à Louveciennes. L’ensemble est installé mais presque aussitôt renvoyé au peintre
- vers 1777 : Peint Le Verrou pour le marquis de Véri (1722-1785)
- 1788 : Le 8 octobre mort de sa fille Rosalie. Fragonard est très éprouvé par ce décès. Quelques années plus tard il abandonne progressivement la peinture
- 1806 : Le 22 août, mort de Fragonard à Paris dans son logement du Palais Royal


Réservez dès maintenant votre billet pour l'exposition

#expoFragonard
A lire aussi

L'âge d'or de l'enfance

Article - 28 novembre 2019
De nombreux portraits d'enfants sont présentés dans l'exposition. Le XVIIIe siècle est l'essor des sentiments et des relations personnelles dans la société anglaise, notamment grâce aux écrits de Rousseau. Découvrez deux des portraits de Reynolds, pleins d'humour et de références au passé !

Reynolds vs Gainsborough : le face à face

Article - 26 septembre 2019
À partir des années 1760, Joshua Reynolds et Thomas Gainsborough s’imposent en Angleterre dans le domaine du portrait. Tous deux obtiennent des commandes royales et sont des « peintres du roi ». La critique de l’époque les opposait régulièrement et ils en ont certainement joué en produisant des œuvres dans l’intention délibérée était d’inviter à la comparaison. Leur rivalité était même devenue un spectacle !
Tout le magazine