Galant, vous avez dit galant?

Source d'inspiration pour Jean-Honoré Fragonard, François Boucher et sa peinture galante...
29 septembre 2015
|
François Boucher, Les charmes de la vie champêtre, vers 1740 © Rmn-Grand Palais (musée du Louvre) / Tony Querrec
Hérité des précieuses, des poètes et des moralistes du “Grand Siècle”, l’idéal de “galanterie” constitue au XVIIIe siècle une valeur identitaire pour les Français.
L’Astrée (1607-1628), le grand roman d’Honoré d’Urfé (1567-1625) qui narre les amours de bergers utopiques, instaure les normes de convenance en la matière jusqu’au XVIIIe siècle. “L’amour galant”, sans taire l’inclination des sens, prône la tendresse, la sincérité, le respect mutuel et la fidélité dans une absolue discrétion.

À la fin des années 1730, le peintre François Boucher (1703-1770) se fait l’inventeur d’une iconographie nouvelle qui mêle thématique amoureuse et galanterie pastorale en s’inspirant de d’Urfé notamment. C’est à cette école que Fragonard, élève de Boucher au début desannées 1750, fera son premier apprentissage de l’iconographie amoureuse. Avec lui cependant, un souffle plus franc et charnel vient faire frissonner l’Arcadie.

Fragonard amoureux. Galant et libertin, jusqu'au 24 janvier 2016 au Musée du Luxembourg
Réservez votre billet

#expoFragonard
A lire aussi

C'est le printemps avec l'exposition Jardins!

Vidéo - 24 février 2017
Du délicat brin d'herbe de Dürer, au ciel lumineux de Fragonard, en passant par « le jardin planétaire » de Gilles Clément : c’est le printemps au Grand Palais !
Tout le magazine