Hergé et l'art de la réclame

Hergé était à la fois : un artiste, un peintre, un amateur d’art, un collectionneur, un auteur de bandes dessinées, un publiciste…

6 décembre 2016
|

Germaine Remi-Kieckens alias « Hergée », est la première épouse d’Hergé et déclarait en 1986 à Philippe Goddin, professeur d’arts plastique : « Au début, Georges accordait plus d’importance à ses travaux d’illustration et à ses réalisations publicitaires qu’aux aventures de Tintin [...] Il avait une grande admiration pour les graphistes de l’époque, comme Léo Marfurt. »
 

© Hergé-Moulinsart 2016

La "réclame"
Le terme n'a pas été choisi au hasard, il fait référence  à celui qui était utilisé dans les années trente, à la place du mot « publicité » ou « pub » comme on dit maintenant.
Les années trente ont donc vu la naissance de L’Atelier Hergé-Publicité. L'exposition dévoile un aspect méconnu des talents du dessinateur, à travers de belles et grandes affiches conçues par Hergé et son associé de l’époque José Delaunoit.

Le graphisme de ses publicités
Le père de Tintin fait preuve d’un vrai talent dans le domaine de la publicité et des messages à vocation publicitaire.
À travers les documents exposés, on assiste à une leçon de graphisme:
  • la simplicité du message,
  • le lettrage,
  • la distribution,
  • la répartition des espaces,
  • la mise en couleurs.
 


On retrouve toutes ces caractéristiques et particularités dans les principes fondamentaux de la ligne claire c’est-à-dire « le style Tintin », ces mêmes principes valent pour les illustrations de couvertures, les dépliants publicitaires et autres documents dans ce domaine.
 

 
A lire aussi

Hergé : tous les podcasts

- 10 février 2017
Retrouvez tous les podcasts autour de l'exposition Hergé, au Grand Palais (28 septembre 2016 - 15 janvier 2017)
Tout le magazine