Hokusai : le Fou de peinture

Hokusai ne fut pas seulement un créateur d'estampes, un imagier soumis à la commande d'une clientèle plus ou moins fidèle.
3 décembre 2014
|
Sylvie Blin
Hokusai Katsushika, Saumon salé et souris, Photo (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Thierry Ollivier
Il fut aussi un « maître du pinceau », dépassant le statut d'artisan pour atteindre à celui d'artiste à part entière.

Dès la fin du XVIIIe siècle, dans les années 1795-1800, il signe plusieurs peintures autonomes et se rapproche de l'école Rinpa. Nourri de l'influence chinoise, il adopte un style original, et s'ouvre aux techniques picturales occidentales comme la perspective ou l'accentuation des ombres. A la différence de l'école de peinture japonaise traditionnelle, essentiellement décorative, il réalise des œuvres isolées, au fini parfois impeccable, réalisées d'après de nombreuses études, ou au contraire très spontanées, comme peintes sur le motif. Il aborde tous les thèmes, portraits de courtisanes, natures mortes de fleurs, animaux (Cormoran posé sur un rocher) ou scènes de genre (Récolte de coquillages à marée basse).

Hokusai Katsushika, Samouraï, marchand ambulant de fouets pour le thé, messager de l'oracle du sanctuaire shintô Kashima, Photo (C) RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Thierry Ollivier


Hokusai n'était pas le seul, ni le premier, à se consacrer à la peinture : d'autres artistes avaient choisi cette voie, mais en se mettant au service du shogun ou d'un seigneur. Jaloux de son indépendance et indifférent aux honneurs que pouvait procurer ce statut, Hokusai n'était préoccupé que de son art.

En 1834, à près de soixante-quatorze ans, il réduit considérablement sa production d'estampes, jusqu'à l'abandonner presque totalement cinq ans plus tard. Il en délaisse également les thèmes traditionnels, pour se consacrer à des sujets religieux ou à la description de la nature, faisant preuve, une fois de plus, d'originalité dans son inspiration. Tout au long de sa vie, Hokusai aura ainsi su se renouveler et affirmer une véritable personnalité artistique.


Sylvie Blin
Mots-clés
A lire aussi

Les portraits de Penn comme des miroirs de l’âme...

- 2 novembre 2017
Dans les années 1950 et au début des années 1960, le regard d’Irving Penn, son inventivité et ses compétences techniques sont très demandés. Il partage son temps entre la publicité et les photographies de mode ou de célébrités pour Vogue.

Irving Penn à Paris : la mode mais pas que !

- 25 octobre 2017
En juillet 1950, alors qu’Irving Penn photographie les collections parisiennes pour Vogue, il commence une série sur les petits métiers, qu’il poursuivra à Londres et à New York. Ce sera la série la plus importante de sa carrière.
Tout le magazine