Intérieurs

Après une période particulièrement difficile, tant financièrement que moralement, Vallotton accède dans les années 1890 à une certaine reconnaissance, assortie d'une relative prospérité. Une tranquillité nouvelle pour lui, qui affleure dans ses œuvres.
16 octobre 2013
|
Sylvie Blin, historienne de l'art et journaliste
Félix Vallotton, Femme se coiffant, 1900 © RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Michel Urtado

Critique féroce et impitoyable de la société bourgeoise de son temps, Vallotton se montre beaucoup plus tendre à l'évocation de scènes de la vie quotidienne, intimes ou domestiques. L'influence des Nabis, et plus particulièrement de son ami Edouard Vuillard, est sensible dans plusieurs petits tableaux où l'artiste entrouvre la porte sur son univers personnel, celui qu'il partage avec Gabrielle.

Rencontrée en 1894, la jeune veuve, mère de trois enfants, devient son épouse en 1899 et lui inspire des scènes de genre aux tonalités claires et lumineuses. Le visage de Gabrielle est souvent dissimulé par un geste ou une ombre, quant elle n'apparaît pas tout simplement de dos (« Intérieur, femme en bleu fouillant dans une armoire », 1903), comme si Vallotton, dans un accès de pudeur, avait voulu préserver une part de son intimité. A moins qu'il n'ait voulu mettre le spectateur dans la position d'un indiscret, observant à la dérobée une innocente jeune femme.

Il se souvient aussi, sans doute, des maîtres hollandais du Siècle d'or qu'il admire, Vermeer et Pieter de Hooch, qui décrivaient eux aussi un monde féminin, domestique ou quotidien. Même palette claire, même attention portée au sujet féminin, même motif de portes entrouvertes. A peine quelques détails viennent-ils rappeler l'originalité de l'artiste: la présence d'ombres profondes, les compositions décentrées, le désordre d'un lit ou de vêtements jetés sur un fauteuil (« Femme se coiffant », 1900). Comme ses illustres aînés, il parvient à transcrire la quiétude d'un moment d'intimité, instillant à cette réalité quotidienne une indéniable poésie
Mots-clés
A lire aussi

Exposition Napoléon : l'essentiel de l'exposition

Article - 4 mars 2021
La Réunion des musées nationaux - Grand Palais, La Villette et Re Re/Adonis coproduisent une exposition avec la participation particulièrement généreuse du musée de l’Armée, du musée national du château de Fontainebleau, du musée du Louvre, du musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau, du Mobilier national, de la Fondation Napoléon, avec la contribution exceptionnelle du musée national des châteaux de Versailles et de Trianon et avec le concours de la Fondation pour la Mémoire de l'Esclavage.

Les ateliers d'art de la Rmn-Grand Palais participent à la première FIac Online du 2 au 7 mars 2021

Article - 2 mars 2021
Depuis plus de trente ans, les Ateliers d’art de la Réunion des musées nationaux-Grand Palais, gardien de la vaste collection de cuivres gravés de la Chalcographie du Louvre, collabore avec des artistes contemporains. Dans la continuité de cette démarche culturelle et artistique, nos Ateliers d’art participent cette année à la première édition digitale de la FIAC : « FIAC Online Viewing Rooms 2-7 mars 2021 ».

La billetterie de l'expo Napoléon est ouverte !

Article - 18 janvier 2021
Rendez-vous dès le 14 avril 2021 à la Grande Halle de la Villette pour une exposition spectaculaire consacrée à Napoléon (en coproduction avec la Rmn - Grand Palais). Réservez votre billet !
Tout le magazine