J'ai trouvé une Rome de briques, j'ai laissé une Rome de marbre...

Moi, Auguste, empereur de Rome, j'ai tout fait pour donner à Rome une aussi belle allure que moi.
18 juin 2014
|
Fragment de relief architectural, provenant de la procession de l'Ara Pacis Augustae. entre 13 - 9 av. J.C., marbre blanc, H. 114 cm, L. 147 cm, ép. 20 cm. Paris, Musée du Louvre, Département des antiquités grecques, étrusques et romaines © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Thierry Ollivier
Tout comme César l’a fait avant moi, j’ai lancé une politique de grands travaux dans Rome afin d’embellir la ville, qui était exposée aux inondations et aux incendies. Pour lutter contre les crues du Tibre, j’ai nommé un curator alvei qui avait pour mission de surveiller le cours du fleuve dans la ville et de débarrasser son lit et ses rives de tous détritus ; et pour protéger la ville des nombreux incendies, des cohortes de pompiers ont été constitués. 

J’ai fait également fait construire de grands aqueducs pour approvisionner Rome en eau ainsi que l'Ara Pacis sur le champ de Mars, et rénover de nombreux sanctuaires, etc.

Je me serais alors vanté comme le rapporte Suétone (Vie d’Auguste, XXVIII) « d’avoir trouvé une ville de briques et d’en avoir laissé une de marbre ».
A lire aussi

L'architecture au service de la société

Article - 10 mai 2019
Vladimir Tatline est l’auteur en 1923 d’un slogan emblématique qui résume bien son ambition : « Ni vers le nouveau, ni vers l’ancien, mais vers le nécessaire ». En effet, l’idéal des artistes constructivistes est de répondre aux besoins de la société. Zoom sur l'architecture !

Z

Article - 23 février 2018
Z comme ziggourat et zodiaque

Y

Article - 22 février 2018

X

Article - 21 février 2018
X comme xylographie
Tout le magazine