« Je n’ai eu de Bonheur qu’en peinture »

« Je n’ai eu de Bonheur qu’en peinture », une citation que l'ont doit à Élisabeth Louise Vigée le Brun. De toutes les femmes artistes qui s’illustrèrent dans la France du XVIIIème siècle, seule Vigée Le Brun est aujourd’hui encore peu connue du grand public...
23 septembre 2015
|
Portrait de l'artiste avec sa fille, dit "La Tendresse maternelle", Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Paris, musée du Louvre, département des Peintures © Photo Rmn-Grand Palais (musée du Louvre) / Franck Raux
Non seulement, on associe son nom aux portraits de Marie Antoinette, et peut-être aussi au célèbre tableau du Louvre figurant La Tendresse maternelle, mais l’artiste est également restée dans les esprits comme une femme d’une grande beauté, dont l’art élégant sut s’adapter à une vie particulièrement mouvementée relatée dans ses Souvenirs publiés à la fin de sa vie.
Née en 1755, décédée en 1842, Vigée Le Brun a connu les fastes de la vie d’Ancien Régime, les heures sombres de la Révolution, l’essor d’une société nouvelle sous l’Empire et le développement de nouveaux codes artistiques. Placée entre deux époques, elle incarne le portrait français dont elle sut diffuser les beautés tout au long de ses voyages européens. Mais, paradoxalement, son pays natal ne l’a jamais honorée d’une exposition monographique. Seuls les États-Unis lui avaient dédié en 1982 l’hommage qu’elle méritait.

L’exposition organisée au Grand Palais lui rend enfin justice. Bien évidemment, elle présente la portraitiste qui sut saisir la ressemblance tout en l’idéalisant. Sous son pinceau, toute une société revit, solennelle, heureuse, sensuelle ou innocente, attentive aux raffinements de la mode et à sa position sociale. Consciente de son talent, l’artiste chercha aussi à s’imposer dans un milieu éminemment masculin où les femmes avaient beaucoup de difficultés à être reconnues. En 1783, lorsqu’elle fut reçue à l’Académie avec le soutien affiché de la reine, elle entendait démontrer que la peinture d’histoire, le genre le plus noble, ne lui était pas interdite et qu’elle pouvait se mesurer aux hommes. Avec les années, elle sut aussi donner une vision très personnelle du paysage. Aujourd’hui réunis, peintures, pastels et dessins, permettent de redécouvrir son art dans toute sa variété, raffiné et palpitant de vie.

A lire aussi

Les portraits de Penn comme des miroirs de l’âme...

Vidéo - 2 novembre 2017
Dans les années 1950 et au début des années 1960, le regard d’Irving Penn, son inventivité et ses compétences techniques sont très demandés. Il partage son temps entre la publicité et les photographies de mode ou de célébrités pour Vogue.

Irving Penn à Paris : la mode mais pas que !

Vidéo - 25 octobre 2017
En juillet 1950, alors qu’Irving Penn photographie les collections parisiennes pour Vogue, il commence une série sur les petits métiers, qu’il poursuivra à Londres et à New York. Ce sera la série la plus importante de sa carrière.

Qu'est ce qu'un portrait ?

Article - 13 octobre 2017
A l'occasion de l'exposition "Rubens, portraits princiers" au Musée du Luxembourg, découvrez à quoi sert un portrait au XVIIe siècle !
Tout le magazine