La marinière Jean Paul Gaultier : histoire d'un indémodable

Si la marinière est érigée au rang de superstar chez Jean Paul Gaultier, c’est qu’elle prend avant tout racine dans ses souvenirs d’enfant, quand sa mère lui en faisait porter...
7 mai 2015
|
Pauline Weber
Jean-Paul Goude Jean Paul Gaultier, Made in Mode 2012 © Jean-Paul Goude
Et si avec les années, il ne s’en est jamais lassé c’est qu’il a très vite constaté qu’elle était un rempart au casse-tête quotidien du que savoir porter : « Les pulls marins vont avec tout, ne se démodent pas et ne se démoderont probablement jamais. »
 
Incluse de facto dans son répertoire stylistique, la marinière est présente dès son premier défilé en 1976 mais c’est en 1983 qu’elle s’impose en élément phare lors de sa première collection de prêt-à-porter masculin. Baptisée l’Homme-Objet en contrepied direct au prétendu sexe faible, il réinterprète librement le pull marin suite à un « accident de création ». En découpant un dos nu, caractéristique habituellement associée au vestiaire féminin, Jean-Paul Gaultier montre sans vergogne la sensibilité des hommes à l’inverse de ce que la société nous donne à voir.
 
La marinière devient pour Gaultier un puissant symbole de séduction. Le film Querelle vient de sortir où Rainer Fassbinder y joue un jeune marin à la sexualité déviante. Cette esthétique fascine le couturier qui y voit « l’image du mauvais garçon, du tombeur marginal, avec une maîtresse ou un amant dans chaque port. » Au delà de la symbolique, l’uniforme qui en découle ne cessera de l’inspirer stylistiquement parlant : « J’aime depuis toujours l’aspect graphique, architectural de la rayure. »
 
© Jean Paul Gaultier


Déjà dans les années 20, Coco Chanel en précurseur, portait le fameux tricot rayé associé à des pantalons. Si Yves Saint Laurent l’a remis au goût du jour dans sa collection matelot en 1966, c’est Jean Paul Gaultier qui en a véritablement fait une obsession créative. Support inépuisable à l’expérimentation, il l’a revu et corrigé à foison pour l’homme et la femme à tel point qu’elle fait aujourd’hui partie de son héritage iconographique, dont son célèbre parfum « Le Mâle » en porte fièrement les couleurs.
 
Équivalente de la petite robe noire de Chanel, la marinière de Jean-Paul Gaultier est une institution inscrite à jamais dans le patrimoine de sa maison.


Pauline Weber
Mots-clés
A lire aussi

Seydou Keïta : le sens du détail et de la scénographie

- 23 mai 2016
Novateur et fin portraitiste, Seydou Keïta sait anticiper les besoins de ses clients et c’est l’une des raisons de sa grande popularité. Le photographe malien accorde une importance de choix aux accessoires et à la mise en scène de ses modèles.

Amadeo de Souza-Cardoso : un dandy à Paris

- 12 mai 2016
Apprenez à connaître un peu mieux "le secret le mieux gardé de l'art moderne". L'artiste portugais Amadeo de Souza-Cordoso est au Grand Palais jusqu'au 18 juillet 2016.
Tout le magazine