Le cercle de l’art moderne, Collectionneurs d’avant-garde au Havre : les conférences

Redécouvrez les conférences et débats autour de l'exposition Le cercle de l'art moderne, collectionneurs d'avant-garde au Havre au Musée du Luxembourg
21 décembre 2012
|

Piste 1 : Collectionneurs et artistes d'aujourd'hui
10 octobre 2012
Avec l’historienne Anne Martin-Fugier, les collectionneurs Hélène Senn Foulds et Stéphane Corréard et les artistes Philippe Mayaux et Insook Hong.

Piste 2 : Le Cercle de l’art moderne (1906-1910),collectionneurs d’avant-garde au Havre
11 octobre 2012
Avec Géraldine Lefebvre, attachée de conservation au musée d’art moderne André Malraux du Havre et commissaire de l’exposition.

Piste 3 : Pas de musées sans collectionneurs
25 octobre 2012 
Avec Chantal Georgel, conservateur du Patrimoine, INHA.

Piste 4 : Le Havre et l’art français (de François Ier à Auguste Perret)
15 novembre 2012
Avec Fabienne Chevallier, historienne de l’art

Piste 5 : L’artiste dans la ville : une nouvelle image en construction L’exemple du Havre
28 novembre 2012
Avec Annette Haudiquet, conservateur du musée d’art moderne André Malraux du Havre et commissaire de l’exposition, Véronique Ellena et Manuela Marques, photographes.

Piste 6 : Paysages urbains, paysages d’art : Les impressionnistes et la ville
20 décembre 2012
Avec James Rubin professeur d’histoire de l’art à la State University of New York

Retrouvez toutes nos conférences en ligne sur iTunes U et Soundcloud et France Culture Plus
A lire aussi

L'âge d'or de l'enfance

Article - 28 novembre 2019
De nombreux portraits d'enfants sont présentés dans l'exposition. Le XVIIIe siècle est l'essor des sentiments et des relations personnelles dans la société anglaise, notamment grâce aux écrits de Rousseau. Découvrez deux des portraits de Reynolds, pleins d'humour et de références au passé !

Reynolds vs Gainsborough : le face à face

Article - 26 septembre 2019
À partir des années 1760, Joshua Reynolds et Thomas Gainsborough s’imposent en Angleterre dans le domaine du portrait. Tous deux obtiennent des commandes royales et sont des « peintres du roi ». La critique de l’époque les opposait régulièrement et ils en ont certainement joué en produisant des œuvres dans l’intention délibérée était d’inviter à la comparaison. Leur rivalité était même devenue un spectacle !
Tout le magazine