Le portrait de Madame Fantin-Latour

Henri Fantin-Latour a peint Victoria Dubourg à cinq reprises : trois portraits individuels et deux autres où elle figure, l’un avec sa sœur Charlotte et l’autre dans le célèbre portrait collectif de sa famille.
20 décembre 2016
|

Les portraits individuels de Victoria corroborent cette vision qu’en offre le peintre : une femme réservée préférant à l’agitation d’une vie mondaine le silence et la concentration d’activités recueillies telles que la lecture ou la peinture de fleurs qu’elle pratiquait avec talent.

Ce premier portrait date de 1873 : assise de trois quarts dans un fauteuil dont la tapisserie rouge du dossier réchauffe un peu l’harmonie de couleurs sombres de la composition, elle apparaît là encore les yeux baissés, absorbée par sa lecture. La lumière éclaire le haut de son visage, le noeud bleu qu’elle porte autour du cou et l’ouvrage qu’elle tient entre ses mains. Nul accessoire ne vient distraire l’attention qui se concentre sur cet échange silencieux entre la lectrice et son livre. Une grande douceur émane de ce portrait qui renvoie plus à l’image d’une mère qu’à celle d’une future épouse.

Fantin réalise quelques mois après leur mariage, le 16 novembre 1876, un nouveau portrait qui donne à Victoria l’aspect d’une femme mûre – elle a alors trente-six ans.
Il peint un ultime portrait d'elle en 1883, la représentant à nouveau un livre entre les mains, avec à l’annulaire gauche, bien en évidence, son alliance. Mais contrairement aux tableaux précédents, elle n’est pas en train de lire. Elle regarde devant elle, sûre désormais de ce qu’elle est, l’épouse d’un grand peintre, chevalier de la Légion d’honneur et membre du jury du Salon.


























 

Portrait de Victoria Dubourg
1873
Huile sur toile
H. 92,5 ; L. 76 cm
Paris, musée d’Orsay,Donné par l’artiste au Musée du Luxembourg en 1902


Mots-clés
A lire aussi

Les portraits de Penn comme des miroirs de l’âme...

- 2 novembre 2017
Dans les années 1950 et au début des années 1960, le regard d’Irving Penn, son inventivité et ses compétences techniques sont très demandés. Il partage son temps entre la publicité et les photographies de mode ou de célébrités pour Vogue.

Irving Penn à Paris : la mode mais pas que !

- 25 octobre 2017
En juillet 1950, alors qu’Irving Penn photographie les collections parisiennes pour Vogue, il commence une série sur les petits métiers, qu’il poursuivra à Londres et à New York. Ce sera la série la plus importante de sa carrière.
Tout le magazine