Le Quattrocento

5 juillet 2012
|

Quattrocento 1400 à 1499 en Italie, notre XVe siècle


Une première Renaissance s’opère en Italie, à Florence dans les années 1420. Un groupe de jeunes artistes décide de rompre avec les idées du passé et de créer un art neuf. Florence est une ville très riche au début du XVe siècle. Elle est dominée par une famille de banquiers, les Médicis. Ce sont de grands mécènes et permettent donc le développement des arts.

Filippo Brunelleschi (1377-1446)

L’invention de la perspective est souvent attribuée à Brunelleschi. Il aurait peint les premiers tableaux représentant des bâtiments en perspective. Il va beaucoup influencer les peintres de la Renaissance. Après un voyage à Rome où il étudie les monuments antiques, il décide de se consacrer à l’architecture. En rupture avec l’art gothique, il cherche des volumes simples et s’inspire des formes de l’Antiquité : la coupole, l’arc… Florence lui commande la coupole de la cathédrale de Santa Maria del Fiore. La taille de la coupole est une prouesse technique.

Filippo Brunelleschi (1377-1446) Vue de la coupole de la cathédrale de Florence, vers 1420-1436 © Archives Alinari, Florence, Dist. RMN / Georges Tatge

Masaccio (1401-1428)

Masaccio, jeune peintre, applique les découvertes de Brunelleschi. Il peint de savantes perspectives qui creusent l’espace. Ses fresques placées dans les églises donnent une réelle impression de trompe-l'oeil. Il accorde beaucoup d’importance à la psychologie des personnages, tranchant avec le Moyen âge où l’on trouvait peu d’expression. Sur cette fresque de la Chapelle Brancacci, on peut ressentir la tristesse d'Adam et Ève chassés du Paradis. En peignant les sentiments, Masaccio rend ses personnages plus proches des fidèles.

Tommaso di Giovanni, dit Masaccio (1401-1428) Chapelle Brancacci : Adam et Eve chassés du Paradis, 1427 Fresque. H. : 2 m ; L. : 0,88 m Italie, Florence, chiesa di Santa Maria del Carmine © Archives Alinari, Florence, Dist. RMN / Serge Domingie


Donatello (1386-1466)

Ami de Brunelleschi, il part avec lui à Rome étudier les modèles antiques. Lui aussi se préoccupe de l’occupation de l’espace et du rendu des expressions mais en sculpture. Il est protégé des Médicis et travaille à la décoration de la cathédrale de Florence. Ce saint Georges est une oeuvre de jeunesse. L'attitude du guerrier est naturelle, son regard montre du courage. Il va affronter le dragon. Sur le socle de la stature, Donatello sculpte ce combat en bas relief.

Donatello (1386 -1466) Saint Georges pour l’Église d’Orsanmichele (Florence), vers 1415-1417 Marbre blanc Italie, Florence, Museo del Bargello © Archives Alinari, Florence, Dist. RMN / Finsiel / Alinari


Mots-clés
A lire aussi

Expo Pompéi : le dossier pédagogique

- 13 février 2020
L’éruption du Vésuve qui a enseveli la ville de Pompéi sous un amas de cendres en l’an 79 de notre ère a eu pour effet de la préserver pendant les 17 siècles suivants. Redécouverte fortuitement en 1741, puis fouillée jusqu’à aujourd’hui, Pompéi constitue le plus extraordinaire témoignage de la vie quotidienne à l’époque romaine.

Expo Noir & Blanc : le dossier pédagogique

- 13 février 2020
Dans la suite des grandes expositions photographiques organisées dans la Galerie Sud-Est, Noir & Blanc présentera près de 300 tirages emblématiques des impressionnantes collections de la Bibliothèque nationale de France – Département des Estampes et de la Photographie (BnF).
Tout le magazine