Les Tudors : une dynastie, une légende

Les Tudors débarquent au Musée du Luxembourg du 18 mars au 19 juillet 2015. Une dynastie historique, et au-delà de l'histoire, légendaire...
17 mars 2015
|
Charlotte Bolland et Cécile Maisonneuve
Artiste anglais, "Elisabeth Ire", National Portrait Gallery, Londres, © National Portrait Gallery, London, England
Aujourd’hui le nom des Tudors évoque dans l’imaginaire un grand sujet cinématographique. Récemment, les films de Shekhar Kapur avec Cate Blanchett sont venus enrichir et renouveler le mythe qui entoure Élisabeth.

Le succès international de la dynastie sur les écrans remonte au début du XXe siècle et doit beaucoup aux arts de la scène. Pour preuve, le premier long métrage sur Élisabeth, avec Sarah Bernhardt dans le rôle-titre, est fondé sur une pièce de théâtre, montée à Paris en 1912. Ce film, pionnier à plus d’un titre, raconte les amours contrariées d’une reine vieillissante pour le turbulent Robert Devereux, le jeune comte d’Essex.

L’intérêt des Français pour le thème des Tudors date du XIXe siècle et des années romantiques. Il participe d’un engouement général pour l’histoire et pour l’Angleterre. Hors norme dans des extrêmes opposés, les vies privées d’Henri VIII et d’Élisabeth, excitent la curiosité. Les victimes innocentes de leur politique ou de leurs sentiments deviennent dès lors les protagonistes d’un véritable drame historique. Le désespoir d’Anne Boleyn emprisonnée dans la Tour de Londres est ainsi représenté par le peintre Édouard Cibot avec autant d’importance qu’un grand événement historique.


Mais, dans cette légende, toujours vivace, quelle est la part du vrai ?

Les Tudors du 18 mars au 19 juillet 2015 au Musée du Luxembourg
Réservez dès à présent votre billet
#Tudors
A lire aussi

L'âge d'or de l'enfance

Article - 28 novembre 2019
De nombreux portraits d'enfants sont présentés dans l'exposition. Le XVIIIe siècle est l'essor des sentiments et des relations personnelles dans la société anglaise, notamment grâce aux écrits de Rousseau. Découvrez deux des portraits de Reynolds, pleins d'humour et de références au passé !

Reynolds vs Gainsborough : le face à face

Article - 26 septembre 2019
À partir des années 1760, Joshua Reynolds et Thomas Gainsborough s’imposent en Angleterre dans le domaine du portrait. Tous deux obtiennent des commandes royales et sont des « peintres du roi ». La critique de l’époque les opposait régulièrement et ils en ont certainement joué en produisant des œuvres dans l’intention délibérée était d’inviter à la comparaison. Leur rivalité était même devenue un spectacle !
Tout le magazine