Mario Benjamin, au delà d'Haïti

Mario benjamin est à l'international un des représentants majeurs d'Haïti, où il vit et travaille.
26 janvier 2015
|
Marion Mirande
Mario Benjamin, Sans titre, 2013, huile sur toile, 130 x 195 cm, Port-au-Prince, collection Reynald Lally
Né à Port-au-Prince, autodidacte, la peinture de Mario Benjamin rencontre un succès aussi fulgurant que ses talents de dessinateur se sont très tôt manifestés.
Aux côtés de Camille Jean, dit Nasson, et des artistes d'Atis Rezistans, il repousse, à la fin des années 1980, les frontières de sa propre création, et participe à des expérimentations formelles autour de la sculpture. Explorant l'art de la récupération, il fait de ses toiles des assemblages, dans lesquelles il incorpore divers matériaux pauvres, tels des clous ou de la paille.

Des recherches plastiques dont l'influence est des plus notables sur nombre d'artistes de la Grand-Rue, vivier de la création nationale. Mais aussi haïtienne que son oeuvre veut bien l'être, il serait un leurre de chercher uniquement en elle le reflet d'un pays. Ouverte au monde qu'il parcourt, elle se nourrit d'expériences de vie parmi les plus diverses ; à l'image de la pluralité des médias qu'il emploie - vidéo, peinture, photographie, sculpture, scénographie d'exposition - et entre lesquels il établit de nombreux liens.

Il en est notamment un, celui de l'accident. Par sa rapidité d'action, Mario Benjamin semble parfois violenter son support, effaçant, sans visée précise, ce qu'il a déjà créé. Ainsi, apparaissent et disparaissent dans ses tableaux des motifs fantasmagoriques, qui dépassent rapidement les visages auxquels on peut les apparenter, pour incarner des sentiments tels la peur, l'angoisse. Un travail sur l'inconscient qui se poursuit dans les associations "chaotiques" de ses oeuvres entre elles. Fruit du hasard, leurs agencements aléatoires sont censés priver le spectateur des discours souvent imposés par les accrochages. Une rhétorique que l'artiste cherche soigneusement à éviter dès la conception de l'oeuvre elle-même.
En ne voulant rien raconter de précis, Mario Benjamin offre ainsi une poétique du geste pur.



Retrouvez l'interview de Mario Benjamin réalisée à l'occasion de l'exposition


Mots-clés
A lire aussi

Novembre 1916 : scandale à Porto pour Amadeo

- 29 juin 2016
Apprenez à connaître un peu mieux "le secret le mieux gardé de l'art moderne". L'artiste portugais Amadeo de Souza-Cordoso est au Grand Palais jusqu'au 18 juillet 2016.
Tout le magazine