Mickael Jackson, citoyen du monde

La question du rôle qu’a joué Michael Jackson dans la construction d’une identité afro-américaine est complexe, découvrez en la réponse au Grand Palais !
3 janvier 2019
|

À travers la diversité des oeuvres exposées au Grand Palais, par exemple avec Todd Gray, David Hammons, Emma Amos ou encore Faith Ringgold, Michael Jackson côtoie à la fois les habitants du quartier de Harlem à New York, ceux du Ghana (grâce à Todd Gray, voir plus bas), les grands noms des défenseurs des droits civiques (Martin Luther King, Rosa Parks, Malcom X) et d’autres célébrités (Michael Jordan, Mike Tyson). 

« ... Les affinités artistiques de Michael Jackson révèlent un esprit ouvert sur le monde. Son oeuvre musicale pop accessible à tous, hautement fédératrice a su rassembler, à une époque où le courant dominant était éminemment fragmenté, des franges du public considérées comme inconciliables. » relate Isabelle Petitjean dans son ouvrage "Michael Jackson, au coeur de l’art" (2018)

 

Zoom sur l'oeuvre de Todd Gray : Exquise Terreur dans la Mangrove

ExquisiteTerriblnessintheMangrove_ToddGray.png
Todd Gray, Exquise Terreur dans la Mangrove, 2014
Collection Aryn Drake-Lee Williams & Jesse Williams
© Todd Gray

Basée sur la photo, l’oeuvre fait partie d’une série juxtaposant Michael Jackson à des clichés documentaires du Ghana, à des photographies de ses fans et à des images du cosmos. Todd Gray commença à travailler avec Michael Jackson en 1974 et fut ensuite l’un de ses photographes attitrés entre 1979 et 1983. Les clichés réalisés à cette époque donnèrent à l’artiste un sujet de thèse pour son Master of Fine Arts à la fin des années 1980. Il y utilisait l’image du chanteur, expliquait-il, « pour analyser l’impact du pouvoir post-colonial sur la construction des notions de race, de classe et de genre ». Gray puise, pour cette série, dans ses archives photographiques consacrées à Michael Jackson, se focalisant, pour reprendre ses propres termes, sur « l’occultation de l’histoire culturelle des noirs et de la diaspora africaine ». Et l’artiste de poursuivre : « Jackson, le corps noir le plus connu sur la planète, devient ainsi un substitut universel pour l’héritage du post-colonialisme ». Les clichés sont assemblés sur le mur, présentés dans des cadres anciens, usés par le temps. Ils ne révèlent que des fragments du corps de Michael Jackson et l’artiste s’en explique : « superposer les photos, recouvrir les visages, problématiser le processus de la vision, introduire des images du cosmos et combiner le tout aux clichés accumulés pendant des années de travail dans mon studio du Ghana, c’est ma manière d’additionner complexité et sens critique, d’amalgamer le temps et l’espace, et de contrer les idées préconçues sur les corps noirs. »

 

Venez admirer cette oeuvre dans l'expo Michael Jackson : On The Wall
au Grand Palais jusqu'au 14 février 2019 ! 

Mots-clés
A lire aussi

Michael Jackson : derrière le masque !

- 9 janvier 2019
Découvrez au Grand Palais des artistes contemporains qui grâce à leurs oeuvres autour de Michael Jackson, questionnent sa célébrité et la puissance des images !

Michael Jackson : le roi du Pop art!

- 28 décembre 2018
Dès 1982, Andy Warhol a le premier perçu en Michael Jackson un sujet « pop » à plus d’un titre. Depuis, aucune autre personnalité n’aura été plus représentée dans les arts visuels. Découvrez l'histoire de la rencontre entre Warhol et Jackson !
Tout le magazine