Natalie Dessay inspirée par l'univers d'Edward Hopper

La rencontre avec une œuvre ou l'univers d’un artiste peut créer des émotions puissantes et même faire naître parfois de nouvelles formes d’expressions et de créativité…
28 novembre 2016
|
Ce fut le cas après la visite de l’inoubliable exposition Edward Hopper au Grand Palais  pour la chanteuse soprano Natalie Dessay, la chef d’orchestre et pionnière en son domaine Claire Gibault et la compositrice Graciane Finzi. Cette grande rétrospective Hopper présentée au Grand Palais en 2012 avait été un succès avec près de 800.000 visiteurs.
 
Touchées par la poésie et la musicalité des tableaux du peintre américain, les trois artistes ont imaginé un spectacle musical et visuel Pictures of America pour plonger le spectateur dans l’imaginaire de la vie américaine des années 30, en mêlant les œuvres d’Hopper au texte de Claude Esteban et à la musique de Graciane Finzi.

Quatre dates de spectacles sont déjà prévues (en province et à Paris) et un CD chez Sony Music avec les douze titres du programme offrant une sélection de musique de jazz et de comédies musicales américaines de Bernstein à Duke Ellington.














A l'occasion d'une rencontre avec Natalie Dessay au Musée de l’Orangerie pour l’exposition La Peinture américaine des années 30 (jusqu'au 30 janvier 2017), nous avons pu recueillir les impressions de la chanteuse soprano face aux oeuvres d'Hopper :

Gas (station service) 1940, d’Edward Hopper (exposé au musée de l’Orangerie jusqu’au 30 janvier 2017) (a) the Musuem of Modern Art/Scala, Florence


Edward Hopper est aujourd’hui très apprécié du public. Tout le monde l’adore et a l’impression de le connaître.
Ce que j’aime chez Hopper ? Sous couvert d’être un peintre réaliste, il parle du doute existentiel et de l’intime. Ses toiles sont toujours empreintes de tristesse et de nostalgie.
 
(Devant la toile Gas) La nuit va tomber et ça sent l’essence, le pétrole, les bagnoles. Mais surtout ce tableau m’évoque les routes désertes à perte de vue, au milieu de rien et d’un espace infini.
Je pourrais chanter, là, le titre Detour ahead (Herb Ellis/John Frigo/Lou Carter), ce qui signifie « ma vie va prendre un nouveau tournant » et qui évoque pour moi cette route…

J’aime beaucoup que ce spectacle soit un mélologue, c’est-à-dire un mariage arrangé entre les textes d’Esteban, la musique et les toiles d’Hopper. J’ai à cœur de mêler les disciplines, ce qui m’a assez manqué quand je faisais de l’opéra ; j’étais presque alors enfermée dans le 19e siècle.





Et voici notre wish list "Spécial Hopper" rien que pour vous :





Pour (re)-découvrir l'artiste Edward Hopper et son oeuvre, offrez le DVD du film passionnant "La toile Blanche d'Edward Hopper" (19,9€) disponible aussi en VOD (2.9€ à la location) !
 



Réservez au plus vite vos places pour le spectacle Pictures of America

Quatre dates en France  (dont une déjà passée à l’Arsenal de Metz) : le 15 décembre 2016 au Mans (le Palais des Congrès), le 19 décembre 2016 à Paris (Théâtre du Chatelet) et le 05 février 2017 à Biarritz (Gare du Midi).



Commandez le CD Pictures of America, chanté par Natalie Dessay


Mots-clés
A lire aussi

Fantin-Latour et la musique

- 3 janvier 2017
Fantin-Latour a beau avoir fait de la peinture le centre de son existence, il est aussi très attentif aux innovations qui viennent bouleverser d’autres formes d’expressions artistiques à son époque. Le peintre est ainsi un grand mélomane.
Tout le magazine