Petit Dico de Dynamo

Art cinétique, Op'Art, Néon ...
1 mai 2013
|

L'art cinétique

L’art qui bouge!

L'art cinétique est un courant artistique basé sur la notion de mouvement. Les œuvres de l’art cinétique sont principalement des sculptures ou des installations avec des éléments mobiles. Les artistes montrent que l’œuvre d’art n’est pas toujours un objet ou une image figée, mais elle peut aussi être en mouvement. Ce mouvement peut être très rapide ou presque imperceptible, créé par un moteur ou par un déplacement d’air ou de lumière …
Cette tendance artistique prend ses racines dans le futurisme et l’art abstrait. 
L'art cinétique est un art abstrait. Ses artistes abandonnent la représentation du monde réel. Ils privilégient l’approche scientifique, souvent en utilisant les nouvelles technologies dans leurs œuvres.
Parmi les pionniers de l’art cinétique, on peut citer Marcel Duchamp, Alexander Rodtchenko et, plus tard, Alexander Calder. Ce dernier invente le célèbre « mobile » : sculpture en mouvement. L'art cinétique devient mondialement connu vers les années 1960 et continue à évoluer au fil du temps. Les artistes trouvent toujours de nouveaux moyens pour créer l’impression de mouvement, et changer notre perception de l’espace : illusions d'optique, vibration de couleurs, lumière... L'art cinétique a donné naissance et influencé de nombreux courants artistiques, tels l'Op Art, le Land Art, ou l'art minimal.

Alexander Rodtchenko,Construction ovale en suspension no 12, 1919, Aluminium, reconstruction 1973,Cologne, Museum Ludwig © Rheinisches Bildarchiv Köln / Adagp, Paris 2013

L'Op Art ou Art Optique

L’œil trompeur

L'Op Art est né de l’art cinétique dans les années 1960. Les artistes de l'Op Art explorent les effets et les illusions d'optique. Leurs œuvres sont pour la plupart abstraites, basées sur le contraste entre des couleurs intenses et la manipulation des formes géométriques. Mais, à la différence de l'art cinétique, elles ne sont pas dynamiques ; c’est notre œil qui crée l’effet de mouvement et les illusions. Attention, à consommer avec la modération : l’effet produit par les œuvres de l'Op Art peut être très fort, jusqu’à nous donner une sensation de vertige. Surtout quand il s’agit d'œuvres monumentales.

Julio Le Parc, Surface couleur -série 14-2E, Acrylique sur toile 200 × 200 cm, Collection particulière, © Atelier Julio Le Parc / ADAGP, Paris 2013

Le Néon et l’utilisation de la lumière dans l’art

La poésie de la lumière

Le néon est un gaz, qui donne une lumière rougeâtre lorsqu'il est utilisé dans les tubes à essai et les lampes néon. D'autres gaz, tel l'argon et le sodium, peuvent produire des couleurs bleues ou jaunes. Après une présentation publique lors de l'Exposition Universelle de Paris en 1912, les tubes de néon sont arrivés dans les vitrines des grandes villes. Cependant, Il faut attendre les années 1950, pour que les artistes commencent à s’intéresser à ce nouveau médium. Une fois entré dans les salles d'expositions, le néon y rencontre très vite le succès. Après de premières installations géométriques, les artistes passent aux « écritures » - de mots ou de phrases en néon. Vers les années 1970, ceux-ci commencent à cacher les tubes et les fils électriques, pour laisser aux spectateurs la seule vision de la lumière pure. Cela ouvre la porte aux installations lumineuses et aux atmosphères chromatiques. Toujours en évolution, l'art de la lumière reste un véritable champ d'expérimentation pour les artistes contemporains.

Dan Flavin, Untitled (to you, Heiner, with Admiration and Affection), 1973, Tubes fluorescents, New York, Dia Art Foundation, © Dan Flavin, Adagp, Paris, 2013 / Photo Dia Art Foundation



Mots-clés
A lire aussi

Lucien Clergue et la fresque cinétique

- 1 février 2016
À l’occasion de l’exposition au Grand Palais, il a semblé intéressant de montrer une sélection importante d’images réalisées par Lucien Clergue dans les années 1960 et au début des années 1970.

James Turrell dans l'oeil du volcan

- 10 juillet 2013
Au nombre des artistes vivants historiques de cette tendance d’un art de la lumière et de l’espace, l’Américain James Turrell reste sans conteste une figure à part. L’ampleur, la singularité de ses recherches, la puissante dimension spirituelle qui se dégage de son œuvre ambitieuse, inscrite dans la durée, le distinguent comme une référence majeure. Le premier à libérer la lumière de son support pour en faire une œuvre d’art à part entière. La présence de la lumière comme une révélation.
Tout le magazine