Qu'allez-vous voir à l'expo Joséphine ?

A l’occasion du bicentenaire de la mort de l'impératrice Joséphine, survenue le 29 mai 1814 dans son château de Malmaison, le Musée du Luxembourg consacre une exposition à l'une des femmes qui a le plus marqué l'Histoire de France.
18 février 2014
|
Lorsqu'elle naît à la Martinique en 1763, rien ne permet d'imaginer quelle destinée sera la sienne. Mariée à seize ans avec le vicomte Alexandre de Beauharnais, elle connaîtra les prisons révolutionnaires et sera sauvée de la guillotine par la chute de Robespierre. Séduit par son charme, Bonaparte, jeune général de vingt-six ans, tombe amoureux d'elle et l'épouse en 1796. Il l'entraine alors dans son ascension : épouse du Premier consul après le coup d'État du 18 Brumaire (9 novembre 1799), Joséphine devient la première impératrice des Français, couronnée par Napoléon dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804. Ne pouvant donner d’héritier à l’Empereur, elle est contrainte d’accepter le divorce en 1809 ; elle se retire à alors à Malmaison, où elle se consacre désormais à son goût des arts et des jardins. Ses funérailles dans l'église de Rueil, le 2 juin 1814, témoignent de la faveur qu’elle a conservée dans la population.

Andrea Appiani, Portrait de l’impératrice Joséphine (1763-1814), Rueil-Malmaison, châteaux de Malmaison et Bois-Préau (C) RMN-Grand Palais (musée des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau) / Gérard Blot

 

L'exposition permettra, grâce à des prêts exceptionnels du Musée du Louvre, du Musée de l'Ermitage, du Victoria & Albert Museum et l'apport des collections de Malmaison d'évoquer, outre sa vie, tous les domaines dans lesquels Joséphine a laissé son empreinte, à commencer par les arts décoratifs, en montrant le luxe de ses ameublements et de sa table, la mode à travers l'élégance et la richesse de ses toilettes et de ses bijoux.

L'art du portrait sera également à l’honneur au moyen d'œuvres aussi emblématiques que son grand portrait par Prud'hon, aujourd'hui au musée du Louvre, ou celui de Gros, conservé au musée Masséna de Nice. Le visiteur découvrira l'intimité de ses appartements, son goût pour les collections les plus variées - peintures anciennes et modernes, sculptures, antiquités - mais aussi sa passion pour les jardins, les fleurs et les oiseaux. Ces aspects, souvent méconnus, illustrent le rôle capital que Joséphine a joué dans la constitution du style de l'époque consulaire et impériale.
 
Deux-cents ans après sa mort, l'exposition restituera, l'image d'une femme pleinement inscrite dans son temps et qui incarne encore aujourd'hui un destin hors du commun dans une société en pleine mutation.
A lire aussi

L'âge d'or de l'enfance

Article - 28 novembre 2019
De nombreux portraits d'enfants sont présentés dans l'exposition. Le XVIIIe siècle est l'essor des sentiments et des relations personnelles dans la société anglaise, notamment grâce aux écrits de Rousseau. Découvrez deux des portraits de Reynolds, pleins d'humour et de références au passé !

Reynolds vs Gainsborough : le face à face

Article - 26 septembre 2019
À partir des années 1760, Joshua Reynolds et Thomas Gainsborough s’imposent en Angleterre dans le domaine du portrait. Tous deux obtiennent des commandes royales et sont des « peintres du roi ». La critique de l’époque les opposait régulièrement et ils en ont certainement joué en produisant des œuvres dans l’intention délibérée était d’inviter à la comparaison. Leur rivalité était même devenue un spectacle !
Tout le magazine