Qu'est ce qu'un portrait ?

A l'occasion de l'exposition "Rubens, portraits princiers" au Musée du Luxembourg, découvrez à quoi sert un portrait au XVIIe siècle !
13 octobre 2017
|
Le genre du portrait occupe une place particulière dans l’histoire de l’art occidental, évoluant avec l’histoire sociale, théologique et plastique. Il est par définition « la représentation d’une personne réelle, spécialement du visage par le dessin, la peinture, la gravure » (Petit Robert, 2015). 
L’enjeu est donc pour l’artiste de traduire les signaux identitaires de son modèle. L’attrait pour la représentation de l’individu tient à la fois au sujet et à la réalisation de l’oeuvre. 

Mais il apparaît que le portrait est bien plus qu’une simple imitation du modèle. Il permet de transmettre l’image d’une personne aux générations futures, il permet d’asseoir la position sociale d’un personnage. C’est aussi un outil de propagande : certains souverains envoient leurs portraits dans les provinces pour rappeler leur autorité. Le portrait permet de compenser l’absence et l’éloignement ; lors de leurs fiançailles, les princes et princesses, futurs époux, font souvent connaissance par l’intermédiaire d’un portrait.
 
Rubens, portrait de Philippe IV Roi d'Espagne, Bayerische Staatsgemäldesammlungen - Staatsgalerie, Flämische Barockmalerei
C’est le cas de certains portraits princiers peints par Rubens. En 1628 l’infante Isabelle Claire Eugénie, archiduchesse des Flandres, lui demande de se rendre en Espagne pour réaliser des portraits de la famille royale, sa famille. Rubens parvient, par un certain degré d’intimité avec les modèles et son style pictural, à insuffler au portrait un haut degré de vie et de ressemblance physique et psychique.
 
 
 
Retrouvez- les dans l'exposition Rubens. Portraits princiers, à voir jusqu'au 14 janvier 2018 au Musée du Luxembourg

 
 
A l'occasion de l'exposition, Public Sénat a interrogé Cécile Maisonneuve, historienne de l’art et conseillère scientifique à la Rmn-GP sur les messages et les symboles que peuvent véhiculer les photos officielles des présidents de la République, ou les portraits princiers ! Découvrez ce reportage : 
 

Mots-clés
A lire aussi

Rubens et le cycle sur Marie de Médicis

- 4 janvier 2018
Rubens est sollicité en 1621 par la cour de France. Marie de Médicis lui commande, pour les galeries du palais du Luxembourg, deux cycles narrant sa vie et celle d’Henri IV, son défunt mari. Tout au long de son règne et même au-delà, Marie de Médicis se sert des artistes afin de façonner une image d’elle-même qui légitime sa position politique et en gomme les aspects les plus désagréables ou polémiques. Rubens et son ami Pourbus, mais aussi Van Dyck, excellent dans cet exercice.
Tout le magazine