Qui est Niki de Saint Phalle ?

NIKI DE SAINT PHALLE EST UNE ARTISTE PEINTRE, PLASTICIENNE FRANCO-AMÉRICAINE.
1 octobre 2014
|
Niki de Saint Phalle (1930-2002),"Niki de Saint Phalle en train de viser". Photographie en noir et blanc rehaussée de couleur extraite du film Daddy, 1972. © Peter Whitehead.

 

Carte d'identité

Nom d'état civil : Catherine Marie-Agnès Fal de Saint Phalle 
Nom d'artiste : Niki de Saint Phalle
Née le : 29 octobre 1930 à Neuilly-sur-Seine, Hauts-de-Seine (France)
Décès le : 21 mai 2002, à 71 ans, à San Diego, Californie (États-Unis)
Nationalité : Française et Américaine (USA)
Signature de Niki de Saint Phalle, extraite de l'affiche "Vive l'amour"


Côté famille

Catherine Marie-Agnès est la deuxième d'une fratrie de cinq enfants composée de trois filles et deux garçons.
Sa mère, Jeanne Jacqueline Harper (1909-1978) est Américaine,
son père André Marie Fal de Saint Phalle (1906-1967) est Français.
Ils vivent à New York confortablement jusqu'en 1930. Mais le krach boursier de 1929 met en faillite la banque Saint Phalle & Compagny dont le père de Niki est propriétaire avec ses six frères, et la famille perd sa fortune.

En 1930,  Catherine Marie-Agnès naît dans une famille ruinée. Elle se dit être une "Enfant de la Dépression". Elle fait référence à cette période mondiale historique que l'on appelle la "Grande Dépression", mais aussi à la dépression de sa mère causée par l'infidélité de son mari.

À 1 an, en 1931, ses parents l'amènent en France, dans la Nièvre. Elle vit à la campagne, chez ses grands parents paternels jusqu'en 1933, sans sa mère qui est repartie aux États-Unis.

À 2 ans et demi, en août 1933, elle rejoint ses parents aux États-Unis, à Greenwich. Elle y sera élevée par une nounou surnommée Nana.

À 3 ou 4 ans, sa maman lui donne un nouveau prénom, Niki qu'elle gardera toute sa vie. 

À 6 ans, en 1936, elle vit à New York, 88th East Street. Elle fréquente l'école religieuse du Sacré Cœur où son cours préféré est la calligraphie. Elle apprend à écrire des lettres bien formées.

Sa formation culturelle et artistique: une autodidacte

À 6 ans, en 1936, Catherine Marie-Agnès passe son temps à dessiner des « dessins complexes, avec d'innombrables lignes courbes, qui ressemblaient à ceux des peuples primitifs ».

À 11 ans, en 1941, elle monte une pièce de théâtre et fait participer des enfants de son voisinage. Elle joue le premier rôle.

À 14 ans, en 1944, elle peint le sexe des statues de son école en rouge, en signe de rebellion.

À 17 ans, en 1947, elle suit des cours d'art dramatique.

Profession

À 17 ans, en 1948, Niki de Saint Phalle travaille comme mannequin jusqu'à 25 ans. Des photos d’elle paraissent dans de nombreux magazines comme Vogue ou Life Magazine. Elle abandonnera cette carrière pour se consacrer uniquement à son travail d'artiste. 
 

« Un jour, j’avais alors 17 ans, je suis allée à un bal. Là, j’ai rencontré un homme qui possédait une agence de mannequins. Il m’a demandé si ça me plairait de devenir mannequin. J’ai dit oui » 
 

Principaux lieux de vie

À 3 ans, en 1933, Niki de Saint Phalle quitte La France (la Nièvre) pour New York.  

À 21 ans, en 1941, elle retourne en Franc, à Paris, où se joindra au groupe artistique des Nouveaux Réalistes.

« Je ne ressentais aucun sentiment national. Je ne me sentais ni française ni américaine » Niki de Saint Phalle, Lettre à Pontus Hutén, New York, octobre 1991.

Principaux voyages

Niki de Saint Phalle voyage en Allemagne, à Cologne, au Guatemala et au Mexique où elle visite le Yucatán et des sites précolombiens qui influenceront son travail. En Espagne, à Madrid et Barcelone, elle découvre le travail de l'architecte Antoni Gaudí qui la fascine. Elle réalise tout au long de sa vie de nombreuses œuvres publiques partout dans le monde : en Suisse, L’Ange protecteur de la gare de Zurich, en Italie (en Toscane), son Jardin des Tarots ou en Israël (Jérusalem)le Golem

Caractère de sa peinture

Si on rattache souvent Niki de Saint Phalle au Nouveau Réalisme, son art s'est en réalité développé dans plusieurs directions. Ces changements d’orientation trouvent en général une explication dans les expériences marquantes de sa vie. Mais si les sujets sont différents, l'art de Niki suit une logique commune, celle d'intégrer les épisodes de son histoire personnelle systématiquement dans son travail. Par exemple, lorsqu'elle souffre d'une maladie grave au niveau des poumons, cela lui inspire la série des Skinnies, ces sculptures filiformes traversées par le vide qui aident l'artiste à respirer. 

Les artistes qu'elle admire et qui l'influencent

-Les primitifs italiens : Pietro Lorenzetti, (1280-1348), Simone Martini (1284-1344), Ambrogio Lorenzetti (1290-1348), Bartolo di Fredi (1330-1410), Sassetta (1392-1450);
-les artistes en marge des groupes artistiques : le Facteur Cheval (1836-1924), Le Douanier Rousseau (1844-1910), Antoni Gaudí (1852-1926);
-les artistes modernes : Paul Klee (1879-1940), Fernand Léger (1881-1955), Pablo Picasso (1881-1973), Jean Fautrier (1898-1964), Jean Dubuffet (1901-1985), Willem De Kooning  (1904-1997), Jackson Pollock (1912-1956), Wo
ls (1913-1951), Jean-Paul Riopelle (1923-2002), Joan Mitchell (1925-1992), Robert Rauschenberg (1928-2008).

Ses amis

Larry Rivers (1923-2002), artiste américain à la fois musicien, réalisateur de film et occasionnellement acteur;
Jean-Paul Riopelle (1923-2002) peintre, sculpteur et graveur canadien;
Eva Aeppli (née en 1925), peintre suisse;
Joan Mitchell (1925-1992), artiste-peintre américaine du mouvement expressionniste abstrait;
Jean Tinguely (1925-1991), dessinateur, sculpteur et peintre suisse, ami et compagnon de Niki;
Kenneth Koch (1927-2002), poète américain;
John Ashbery (né en 1927), poète américain (école de New York);
Robert Rauschenberg (1928-2008), artiste plasticien précurseur du Pop Art;
Pierre Restany (1930-2003), critique d'art français;
Jasper Johns (né en 1930), peintre et dessinateur américain;
Michel de Grèce (né en 1939), écrivain de langue française et anglaise et historien, prince de Grèce et de Danemark;
Marína Karélla (née 1940), artiste pluridisciplinaire : sculptrice, aquarelliste, illustratrice et scénographe;
Ricardo Menon, (décédé en 1989 du Sida), assistant de Niki de Saint Phalle.

Idée de l'art selon Niki de Saint Phalle

Niki de Saint Phalle a une vision thérapique de l'art : 

« Peindre calmait le chaos qui agitait mon âme et fournissait une structure organique à ma vie sur laquelle j’avais prise. C’était une façon de domestiquer ces dragons qui ont toujours surgi dans mon travail tout au long de ma vie et cela m’aidait à me sentir responsable de mon destin. Sans cela, je préfère ne pas penser à ce qui aurait pu m’arriver. » Niki de Saint Phalle, Harry and Me. The Family Years, Zurich, Benteli, 2006, p.52. 

Mots-clés
A lire aussi

Femmes, femmes, femmes...

- 8 mars 2016
Niki de Saint Phalle, Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Agnès Varda, à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, découvrez une sélection de vidéos consacrée à ces femmes artistes.

Jean, Eva, Niki & co : le podcast !

- 26 février 2015
Autour de l'exposition Niki de Saint Phalle : trois conférences. Le Grand Palais vous invite cette semaine à les (re)découvrir !
Tout le magazine