Tour de France des musées nationaux - Palais impérial de Compiègne

Le Tour de France, vous connaissez ? Bien sûr, mais celui que nous vous proposons ne va pas sillonner les routes de France en vélo, mais vous faire découvrir le réseau des musées nationaux...
13 août 2015
|
Parce que la vie culturelle ne se limite pas seulement à Paris, après le Musée franco-américain du château de Blérancourt, continuons notre Tour de France des musées nationaux avec la dixième étape, le Palais impérial de Compiègne.




Un palais, trois musées
© Rmn-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Franck Raux


Bâti par Louis XV et Louis XVI, réaménagé sous Napoléon Ier puis Napoléon III, le palais de Compiègne fut un haut-lieu de la vie de cour et de l'exercice du pouvoir. L'originalité et la beauté du plus grand palais néo-classique français, la qualité de ses décors intérieurs et de son mobilier, constituent un ensemble unique, un lieu historique qui, aux côtés de Versailles et de Fontainebleau, est l'une des trois plus importantes résidences royales et impériales françaises.
Le palais de Compiègne comporte quatre appartements principaux (appartements de l'Empereur, de l'Impératrice, du roi de Rome et appartement double de prince) qui témoignent de son occupation de la fin du XVIIIe siècle au Second Empire.

© Rmn-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Franck Raux
Au sortir des appartements impériaux, l'opportunité est offerte aux visiteurs du palais impérial de Compiègne de poursuivre leur voyage dans l'histoire du règne de Napoléon III en découvrant les musées du Second Empire. Installés dans des espaces destinés au temps des « séries » à des hôtes prestigieux, tels le prince et la princesse de Metternich ou encore le baron Haussmann, le musée du Second Empire et le musée de l'Impératrice font revivre la mémoire de cette époque à travers une collection unique en son genre.

Au musée du Second Empire, tableaux, sculptures, mobilier et objets d'art, se mêlent comme ils le faisaient dans les résidences impériales, créant une atmosphère de luxe raffiné.

Le domaine accueile également le musée national de la voiture et du tourisme qui conserve une collection exceptionnelle de véhicules
Voiture automobile : vis-à-vis d'Amédée Bollée fils ; moteur à explosion à deux cylindres © Rmn-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Jean-Pierre Lagiewski
hippomobiles du 18e au début du 20e siècle, d'automobiles et de cycles, ainsi qu'un important fonds iconographique sur le thème des transports. Il offre aujourd’hui un panorama de l'histoire du transport des personnes, en particulier du passage de la traction animale à l'automobile, avec des véhicules originaires d'Europe, mais aussi d'autres continents.


Retrouvez toutes les informations pratiques relatives au palais impérial de Compiègne


 

A lire aussi

L'Empire : un terme du passé ?

Article - 6 juin 2016
Pour l'artiste Huang Yong Ping « Le terme Empire, beaucoup moins utilisé aujourd'hui, est un terme du passé [1] ». Si l'Empire sous sa forme politique traditionnelle a effectivement disparu, son sens a néanmoins évolué dans le temps, au point qu'il persiste aujourd'hui sous d'autres aspects.

Petite histoire de la mondialisation

Vidéo - 17 mai 2016
La mondialisation et ses effets sont des questions au cœur de l’œuvre de Huang Yong Ping. En retraçant une brève histoire de ce concept, Dominique Guillaud, directrice de recherche au laboratoire Paloc du Museum d’Histoire Naturelle, bouscule les idées reçues.
Origine du phénomène ou effets positifs sur les savoirs locaux, elle offre une vision riche et nuancée d'un mouvement qui, loin d'être un leitmotiv contemporain, puise ses racines dans l'histoire de l'humanité.

Monumenta 2016 : l’exposition

Vidéo - 10 mai 2016
Avec Empires, Huang Yong Ping nous invite à une expérience esthétique et sensorielle hors norme mais également à une réflexion sur l’histoire du monde et nos sociétés. Sous la nef du Grand Palais, l’artiste a disposé près de 300 conteneurs autour desquels se déploie un squelette de serpent de plus de 200 mètres de long. Jean de Loisy, commissaire de l’exposition, et Kamel Mennour, galeriste de Huang Yong Ping, décryptent pour nous la symbolique des différents éléments choisis par l’artiste. Et si tout cela était au fond une histoire de chapeau ?
Tout le magazine