Tout le Mexique est dans les marchés !

27 décembre 2016
|
Une vendeuse de fruits, aux cheveux tressés relevés sur la tête, pose devant son étalage sur une place de marché mexicain.
Avec un sourire, elle nous offre généreusement un fruit.
Devant elle, il y a un choix abondant parmi lesquels des bananes, du raisin, de la canne à sucre, des figues... mais aussi des kumquats, des courges, des figues de barbarie et des zapotes ! Ainsi disposés, ils pourraient faire penser à un vaste paysage de vallées, montagnes, forêts et cascades.

"México está en los mercados" (Tout le Mexique est dans les marchés), disait le poète Pablo Neruda. Le tableau d’Olga Costa (1913-1993) est un exemple parfait de l’essence des marchés mexicains où l’opulence colorée des fruits et légumes s’agrémente de la sensualité de leurs formes, textures, saveurs et parfums. Née à Leipzig en Allemagne, l’artiste arrive au Mexique en 1925 à l’âge de 12 ans. Elle découvre un pays au climat chaud plein d’un exotisme qui lui est peu familier. Cette œuvre, commandée par Fernando Gamboa sur une demande officielle du musée d’art moderne, INBA, de Mexico, donne une vision de la mexicanité différente de celle du muralisme.
Son travail cherche surtout à faire apparaître un aspect de l’identité nouvelle du Mexique: populaire et folklorique, quotidien, sans drames et sans engagement politique. Les interprétations de cette œuvre pourtant sont diverses, depuis l’identité même du Mexique à la liberté des pourchassés du régime, jusqu’aux connotations érotiques. 

La marchande de fruits, 1951 - Olga Costa (C) Mexico, INBA, collection Museo de Arte Moderno

Mots-clés
A lire aussi
Tout le magazine