Trois questions autour de l'exposition Artistes & Robots

Intrigué par cette prochaine exposition ? Laissez les commissaires vous expliquer ce qu'il vous attend au Grand Palais dès le 5 avril 2018 !
14 février 2018
|
L'exposition Artistes & Robots vous propose un véritable voyage interactif et immersif dans un monde virtuel. Laissez vous aller à une expérience sensible de l’espace et du temps bouleversés par les programmes informatiques, de Tinguely à Murakami, de Nam June Paik à ORLAN. En attendant, on vous explique tout sur le propos de l'expo ! 
Laurence Bertrand Dorléac, professeure d’histoire de l’art à Sciences Po, et Jérôme Neutres, directeur de la stratégie et du développement de la Rmn – Grand Palais ont répondu à nos questions ! 

Artistes & Robots
Au Grand Palais du 5 avril au 9 juillet 2018

Réservez votre billet ICI
#ArtistesEtRobots
 



Tout d'abord, quel est le propos général de cette exposition ?


 

Leonel Moura, Robot Art, 2017, essaim de robots, peintures © Leonel Moura / photo Rmn-GP - Thomas Granovsky
Après la photographie, l’art vidéo, le design, l’art cinétique, la bande dessinée, le Grand Palais a voulu présenter la première exposition muséographique consacrée à « l’imagination artificielle », terme générique pour regrouper l’art robotique, l’art génératif et algorithmique. 
Nous avons choisi les oeuvres en vertu de leur intérêt artistique avant tout. Nous voulons présenter des artistes étonnants qui jouent du milieu technique le plus contemporain. Leurs nouveaux outils offrent l’opportunité de reposer les questions posées depuis toujours par les artistes mais avec des moyens renouvelés et de plus en plus puissants. Nous avons affaire à des situations nouvelles et à des oeuvres nouvelles qui offrent la possibilité d’expérimenter l’espace et le temps différemment mais aussi de dialoguer davantage avec le public. Dans bien des cas, le public pourra modifier les oeuvres via le corps, le mouvement, la voix ou le souffle.


 

 


Que doit-on entendre par « robot » dans le cadre d’une exposition d’art ? Peut-on définir des catégories ?


 
Stelarc, Re-Wired/ Re-Mixed : Event for Dismembered Body, 2016, un bras Exoskeleton, vidéo HD 16 / 9e, 60 × 25 cm ; 12 kg © Stelarc / photo Steven Aaron Hughes
Dans la première séquence, nous présentons des robots qui créent des oeuvres : ils sont visibles et s’activent à l’aide de corps ou de bras qui dessinent, peignent ou gravent. Leurs mouvements plus ou moins habiles sont parfois si drôles et si « physiques » qu’on leur prêterait volontiers une réactivité, une dimension animale ou humaine, voire une psychologie. 
Dans la deuxième séquence, les robots sont informatiques et disparaissent du champ de vision : ils donnent à l’oeuvre sa forme, son mouvement, son caractère génératif (à l’infini), sa qualité interactive avec le public.
Dans la troisième séquence, l’Intelligence Artificielle est au service du corps ajouté et d’un savoir-faire de plus en plus étendu. C’est la séquence la plus inquiétante parce qu’elle touche potentiellement à notre intégrité physique.

 
 


Existe-t-il déjà une histoire de l’art robotique et a-t-on assez de recul pour en saisir le sens et la portée ?



 
Raquel Kogan, Reflexao #2, © Raquel Kogan / photo Domingues Freitas - Thomas Granovsky
Ici, des artistes créent des systèmes artificiels pour générer des oeuvres qu’ils ne pourraient pas créer avec des médiums traditionnels, et en effet, ce chapitre de l’histoire de l’art ne date pas d’hier. Plus de 60 ans nous séparent des premières machines à créer de Nicolas Schöffer en 1956 avec Cysp 1 ou des Méta-matics de Tinguely de 1959. Pour les oeuvres les plus techniquement sophistiquées comme le Robot Arhats de Murakami (2016), l’histoire est très ancienne. Depuis que les fictions existent (sous l’Antiquité), les humains ont rêvé de créatures artificielles qui sauraient faire les mêmes choses qu’eux et peut-être mieux qu’eux. Disons que nous en sommes aux débuts de l’histoire des arts numériques mais en étant capables de la resituer sur la longue durée. 
Mots-clés
A lire aussi
Tout le magazine