« Tu seras peintre, mon enfant »

Élisabeth Louise Vigée est née dans une famille liée à la communauté artistique parisienne...
2 octobre 2015
|
Portrait de Jeanne Maissin, la mère de l’artiste, en pelisse blanche. © Collection particulière
Son père, Louis, auquel elle était très attachée, était un pastelliste de renom admis à l’Académie de Saint-Luc. Disparu alors que Louise n’avait encore que douze ans, il avait eu le temps de reconnaître ses dons artistiques et de lui enseigner le maniement des instruments de l’art, et surtout les secrets de la peinture au pastel, sa propre spécialité. De manière prophétique, Louis Vigée aurait dit à sa fille : « Tu seras peintre, mon enfant, ou jamais il n’en sera. »

La jeune artiste eut tout naturellement ses proches pour premiers modèles, leur manifestant ainsi son affection, tout en perfectionnant sa technique. Sa mère, Jeanne Maissin, son frère, Étienne, puis plus tard l’épouse de celui-ci, Suzanne Marie Françoise, posèrent ainsi pour elle.

Le marchand de tableaux Jean Baptiste Pierre Le Brun, qu’elle épousa en 1776, certaines amies, telles Anne Rosalie Bocquet ou Marguerite Émilie Chalgrin, formèrent le cercle de l’artiste, et lui apportèrent soutien et admiration.

Découvrez la playlist de l'exposition
Mots-clés
A lire aussi

Le portrait de Madame Fantin-Latour

- 20 décembre 2016
Henri Fantin-Latour a peint Victoria Dubourg à cinq reprises : trois portraits individuels et deux autres où elle figure, l’un avec sa sœur Charlotte et l’autre dans le célèbre portrait collectif de sa famille.
Tout le magazine