Vallotton le «Nabi étranger»

Vallotton n’a que seize ans lorsqu’il arrive à Paris début 1882. Avec une ambition chevillée au corps : se faire une place de premier rang dans le monde de la peinture. Il fourbit ses armes à l’Académie Julian, lieu de rassemblement de nombreux artistes postimpressionnistes. Parmi eux, les futurs Nabis.
14 janvier 2014
|
Stéphane Renault, journaliste, critique et historien de l’art
Félix Vallotton, La Valse, 1893, huile sur toile, 61 x 50 cm, Le Havre, MuMa - Musée d’art moderne André-Malraux, collection Senn © MuMa, Le Havre / photo Florian Kleinefenn
Pétri d’une rigoureuse éducation protestante, le jeune Helvète parfait son érudition dans les bibliothèques et les musées parisiens, ébloui par les maîtres anciens mais aussi Poussin et Ingres. Copies au Louvre, dessins dans des journaux de mode, leçons : les débuts sont difficiles. Le peintre connaît plusieurs années de dèche.
 
En 1885, il se fait remarquer au Salon des artistes français. Puis se tourne vers la xylographie en 1891, vraisemblablement inspiré par les œuvres présentées par Paul Gauguin et Emile Bernard à l'exposition Volpini (du nom de son propriétaire) sur les cimaises du Café des Arts lors de l’Exposition universelle de Paris de 1889. Autre influence : l’ « Exposition de la gravure japonaise » à l’Ecole nationale des beaux-arts en 1890.  L’art subtil et graphique des estampes nippones inspire toute une génération, qui aspire à exprimer un regard, une sensibilité en accord avec la surface plane de la toile plutôt qu’à se limiter à une simple imitation de la nature.
 
Talent aidant, Vallotton voit bientôt sa situation économique s’améliorer et rejoint les Nabis. Edouard Vuillard l’introduit à cette époque dans le cercle de La Revue blanche, dont il devient dès 1894 le principal illustrateur. Après une ascension fulgurante, il gravite désormais parmi l’élite de l’avant-garde artistique de la capitale.
 
Son mariage le 10 mai 1899 avec une riche veuve, mère de trois enfants, change la donne. La vie de famille, perçue comme un obstacle à son travail, bouleverse celle de l’artiste solitaire. Ses amis anarchistes ne lui pardonnent pas cet embourgeoisement. Vallotton réduit bientôt son activité de graveur au profit de la peinture. Las des aplats, il explore de nouvelles pistes stylistiques. Dans sa vie comme son art, c’est une révolution, qui clôt le temps des Nabis.
 
Inclassable, il ne sera jamais l’artiste d’une seule tendance. Et pour les Nabis, dont il a rallié un temps l’esthétique, il sera resté l’« étranger ».
Mots-clés
A lire aussi

Vallotton, l’album de l’expo

- 25 janvier 2014
Entrez dans l’inconscient de Félix Vallotton grâce à cet album réalisé par le psychiatre et psychanalyste J.D. Nasio et découvrez l’exposition Vallotton sous un nouvel angle !

Concours de nouvelles Vallotton x We Love Words : les gagnants !

- 19 décembre 2013
Les œuvres de Félix Vallotton vous ont inspiré plus de 250 nouvelles que nous avons décortiquées pour n'en garder que dix. Merci à tous pour vos très beaux textes et bravo aux 9 lauréats, à notre coup de coeur et à notre mention spéciale.
Tout le magazine