Picasso cubiste

Picasso cubiste

Musée Picasso
- 19 septembre 2007 - 7 janvier 2008

Partager

Description

L’exposition

Avec environ 350 œuvres, l’exposition présente un ample panorama de l’œuvre cubiste de Picasso. Aux côtés d’une cinquantaine de prêts majeurs issus de collections publiques et privées, des études et pièces de recherche souvent inédites (musée Picasso, Paris) témoignent intimement de la genèse des innovations les plus radicales de l’artiste. Le mot « cubisme » remonte à une boutade de Matisse, reprise par la presse, qui avait décrit comme une composition faite de « petits cubes » un paysage (1908) de Braque, compagnon de cordée de Picasso dans cette nouvelle manière de peindre et de voir. Picasso a toujours gardé ses distances avec le mouvement cubiste qui se revendiquait de lui. Cependant, en 1923, dans un entretien avec le critique d’art Marius de Zayas, il en accepte le terme pour qualifier le développement de son œuvre propre. De la Renaissance à la révolution impressionniste, la peinture se voulait être une fenêtre illusionniste ouverte sur le monde. Le cubisme est en rupture radicale avec cette idée. Il veut, chez Picasso, afficher la matérialité de la peinture et s’affirme comme un langage de signes : « Nous avons essayé de nous débarrasser du trompe-l’œil pour trouver le “trompe-l’esprit”. » dira-t-il. Avec son expression habitée par le lyrisme de Greco, une analyse géométrique des volumes issue de l’art de Cézanne, le cubisme picassien procède aussi d’une décomposition de la forme en unités plastiques empruntée aux arts primitifs, ibérique, africain, océanien, byzantin. Il détourne par ailleurs les règles de l’optique photographique, révèle un intérêt majeur pour les sources, l’iconographie, l’artisanat de la culture populaire, et introduit des fragments d’objets, de lettrages ou de coupures de presse. Dès 1912, Apollinaire l’énonçait : « On peut peindre avec ce qu’on voudra, avec des pipes, des timbres-poste, des cartes postales ou à jouer, des candélabres, des morceaux de toile cirée, des faux cols, du papier peint, des journaux. Il me suffit, à moi, de voir le travail, il faut qu’on voie le travail, c’est par la quantité de travail fournie par l’artiste, que l’on voit la valeur d’une œuvre d’art. » L’ambition de cette exposition est précisément de donner à « voir » dans son audace, sa spécificité, sa complexité et sa rigueur, le grand cycle du cubisme picassien, jalonné par les étés espagnols passés à Gósol (1906) et à Horta de Ebro (1909) : les « périodes ibérique et nègre » de la constellation des Demoiselles d’Avignon, les cubismes « cézannien », « analytique », « hermétique » puis « synthétique » des années 1908-1911, l’invention des « papiers collés », des « constructions » et des « tableaux reliefs » à partir de 1912, les rebonds des cubismes « rococo » ou « décoratif » des années 1914-1920 accompagnés d’un recours ironique à la figuration. Commissariat Anne Baldassari, conservateur en chef du Patrimoine, directrice du musée national Picasso.

Informations pratiques

Horaires
Tous les jours sauf le mardi de 9 h 30 à 18 h jusqu’au 30 septembre, de de 9 h 30 à 17 h 30 du 1er octobre au 7 janvier.
Tarifs
Plein tarif : 7,70 € Tarif réduit : 5,70 € (de 18 à 25 ans inclus) Gratuit pour les moins de 18 ans, et le premier dimanche de chaque mois.