Théâtre de Cour

Théâtre de Cour

Les spectacles à Fontainebleau au XVIII<sup>e</sup> siècle

Musée du château de Fontainebleau
- 19 octobre 2005 - 23 janvier 2006

Partager

Description

Exposition organisée par la Réunion des musées nationaux et le musée national du château de Fontainebleau, avec le concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France.

Le château de Fontainebleau fut au XVIIIe siècle le lieu de création privilégié de nombreux spectacles destinés à connaître un succès durable. Le Devin de village de Jean-Jacques Rousseau en 1752, mais aussi Zémire et Azor et La caravane du Caire d’André Modeste Grétry en 1771 et 1783 furent donnés pour la première fois devant la cour à Fontainebleau. L’exposition se propose d’évoquer la création théâtrale et lyrique au château durant les règnes de Louis XV et de Louis XVI sous ses divers aspects (décors, répertoire, acteurs), et de retracer l’histoire de la salle (où se tient l’exposition) aménagée dans l’aile de la Belle Cheminée en 1725 et détruite par un incendie en 1856.

Lorsque la Cour séjournait, à l’automne, quatre à six semaines, à Fontainebleau, le château était le lieu d’une intense activité théâtrale. Comédiens français et italiens s’y retrouvaient avec les interprètes de l’Académie royale de musique pour de brillants spectacles dès les années 1750 et jusqu’en 1786, date du dernier séjour de la Cour à Fontainebleau. Le théâtre du château avait été aménagé en 1725 sur les dessins de Robert de Cotte, avec un décor sculpté notamment par les frères Slodtz, dessinateurs des Menus-Plaisirs du Roi. Le répertoire se composait d’opéras, de ballets et de pièces de théâtre. Parmi les ouvrages importants figurent notamment des opéras tels Dardanus ou Anacréon de Jean-Philippe Rameau, Le Devin de village de Jean-Jacques Rousseau, mais aussi des opéras-comiques de Niccolò Piccinni (Didon) ou de Grétry (Zémire et Azor, Richard Cœur de Lion, La caravane du Caire).

Récemment redécouverts et restaurés, des éléments de décors originaux du ballet Le Déserteur sont présentés pour la première fois au public. Costumes et accessoires de scène, dessins, gravures, manuscrits complètent cette évocation des divers aspects de l’organisation des spectacles : 150 œuvres en tout, issues de collections privées et publiques, françaises et étrangères.