Innocent X "rouge de colère"

Innocent X "rouge de colère"

Le talent de Velázquez a failli lui causer des problèmes...
20 апреля 2015
|
Diego Velázquez, Portrait du pape Innocent X, 1650, 140 x 200, Huile sur toile, Rome, Galleria Doria Pamphilj, © Amministrazione Doria Pamphilj srl
1650, Rome. Velázquez est en Italie pour la seconde fois. Au faîte de sa célébrité, il profite de ce voyage pour réaliser un portrait, celui du pape en personne, Innocent X. Le souverain pontife connaît le talent du peintre, mais il découvre à ses dépens qu’il n’est pas anodin de poser pour Velázquez…
En effet, lorsque le peintre révèle son œuvre, Innocent X est déconcerté par son réalisme… “Troppo vero !”, “C’est trop vrai !”, se serait-il exclamé. Traditionnellement, les peintres ayant l’honneur de réaliser le portrait du pape l’idéalisent légèrement. Mais Velázquez se démarque, en retranscrivant avec acuité sur sa toile ce qu’il a perçu de son modèle.

On peut comprendre la réaction du pape !
Son portrait interpelle, avec ses deux yeux perçants qui scrutent le spectateur et des traits durs qui traduisent la froideur colérique du modèle.
Le pape, alors âgé de 75 ans, ne se reconnaît que trop bien... Velázquez a bien représenté sa puissance, mais aussi son imparfaite humanité.
Le peintre est très fier de son œuvre. Son réalisme est salué par ses contemporains qui soulignent la virtuosité de ce portrait tout en nuances de rouge. Et Velázquez a signé la toile en bonne place, sur le papier que tient le pape !

Heureusement, Innocent X est aussi un esthète. Pas rancunier, il reconnaît rapidement la virtuosité du portrait.
Il récompense généreusement Velázquez en lui donnant une chaîne d’or de grand prix, que le peintre conserve jusqu’à sa mort.

En partenariat avec Artips