Tiges, feuilles et pétales… de perles !

Tiges, feuilles et pétales… de perles !

Au risque de contredire Jacques Brel, toutes les fleurs ne sont pas périssables... Ces fleurs faites de perles sont même éternelles ! Marc Jeanson, commissaire de l'exposition Jardins au Grand Palais, vous explique pourquoi et comment elles ont été conçues.
3 мая 2017
|
Vous avez aimé explorer le jardin de Pierre Bonnard avec la commissaire de l'exposition Jardins Coline Zellal ? À présent, nous vous proposons de découvrir des plantes bien particulières avec Marc Jeanson, également commissaire de l'exposition.

"Les perles sont présentes dans la vie des hommes depuis des millénaires. Les plus anciennes connues, qui datent du XXIe siècle avant J.-C., ont été trouvées dans des tombeaux de pharaons.
 
Dès le XIXe siècle, des maîtres verriers vénitiens installèrent des usines de perles de verre en France. Les principales productions de ces chaînes étaient les couronnes funéraires. Comment imaginer que ces objets, aujourd’hui oubliés, furent si répandus dans les cimetières de France et allaient jusqu’à couvrir les murs de certaines églises ? 
 
Cette production employa des dizaines de milliers d’ouvriers mais représenta également une opportunité de revenus complémentaires pour de nombreuses femmes et personnes vulnérables, même dans les villages les plus isolés de notre territoire. Leurs quelques moments non accaparés par le travail étaient employés à la fabrication de ces objets.




La technique de fabrication consiste à enfiler les perles sur des fils métalliques, formant ainsi feuills, tiges et pétales, ensuite assemblés. Lorsque l’ensemble est terminé, la structure métallique est recouverte de fils de coton ou de soie.
Les perles étaient également parfois utilisées dans des créations chimériques associant céramique, ou fleurs en biscuit, et perles. Elles le furent aussi dans la fabrication d’abat-jours, de sacs ou encore de broderies, fruit d’une importante créativité et d’un travail d’une grande finesse. La France fut l’un des principaux exportateurs de ces créations de par le monde.
 
Les fleurs en perles cohabitèrent avec les fleurs de plastique dans des objets moins marqués que les couronnes mortuaires, comme les globes de mariées, mais les secondes entraînèrent rapidement la disparition des premières, ainsi que celle de la mémoire du travail immense fourni essentiellement par des femmes durant des décennies. "

Extrait du Catalogue de l'exposition "Jardins", Editions Rmn-Grand Palais 2017
 
Exposition Jardins
Grand Palais, jusqu'au 24 juillet 2017

Réservez votre billet ICI
Mots-clés