A- A+
Regardez, lisez, écoutez

Le néo-classicisme

mar, 30/11/2010 - 16:17 -- celine

Ce mouvement artistique et littéraire se caractérise par une volonté de retourner à la pureté de l’art antique classique. Le néo-classicisme naît dans la seconde moitié du XVIIIe siècle en réaction à l’art rocaille jugé excessif et frivole et se prolonge jusque vers 1830, date qui marque l’essor du romantisme. Le principal théoricien du néo-classicisme, Winckelmann (1717-1768), affirme la nécessité pour les artistes d’imiter l’antique qui a atteint la perfection. Dans ce retour utopique au classicisme on recherche aussi une perfection morale. L’artiste doit assumer des engagements civiques dans la société et proposer des sujets édifiants.

Ce phénomène est à mettre en relation avec les réflexions des philosophes des Lumières qui aspirent à une société nouvelle et recherchent dans l’Antiquité des modèles de civilisation. La naissance de ce mouvement est aussi contemporaine des grandes découvertes archéologiques d’Herculanum en 1738 et de Pompéi en 1748 qui relancent l’intérêt pour l’art antique partout en Europe. Rome et ses vestiges deviennent un passage obligé du « grand tour », voyage effectué par les jeunes gens des plus hautes classes de la société européenne, en particulier britannique, pour parfaire leur éducation. Les peintres David (1748-1825), Gros (1771-1835), Vien (1716-1809) mais aussi l’allemand Mengs (1728-1779) sont les principaux peintres néoclassiques.

A l’image du Serment des Horaces de David, la peinture néoclassique se caractérise par une facture léchée, des lignes claires, un sujet antiquisant mettant en scène les vertus civiques. Les sculpteurs, parmi lesquels on peut citer Canova (1757-1822) et Thorvaldsen (1770-1844) privilégient le marbre pour se rapprocher des œuvres antiques. L’architecture néoclassique utilise les éléments gréco-romains (colonnes, fronton, proportions harmonieuses, portique) et se développe plus particulièrement en Angleterre.

 

 

à lire aussi