Des objets et des symboles : Gauguin nous dévoile son univers personnel

Découvrez comment, dès 1880, Gauguin fait jouer un rôle central aux objets représentés dans ses oeuvres telles les natures mortes ou les scènes de genre.
24 octobre 2017
|
Qu'il soit le sujet unique de la représentation ou un élément d’une composition complexe, l’objet se fait le vecteur symbolique du monde personnel construit par l’artiste. Gauguin convoque en effet dans ces toiles son univers intime et fait de l’objet du quotidien le protagoniste de la représentation. 



Paul Gauguin, Intérieur, rue Carcel, 1881, The National Museum of Art, Architecture and Design, Oslo / photo Jacques Lathion


Dans Intérieur, rue Carcel un bouquet de fleurs fait écran à la scène de genre que l’on devine à l’arrière plan. Une céramique, possiblement péruvienne, est posée sur l’armoire, une paire de sabots accrochés au mur ou encore un carnet de croquis négligemment posé sur la table peuvent être vus comme des suggestions d’un autoportrait caché. 













Entre 1880 et 1885, un objet familier réapparaît dans plusieurs de ses oeuvres : un récipient en bois identifié comme une chope norvégienne du XVIIIe siècle, ou tine, qui provenait de la famille de Mette, sa femme. 
Représentée pour la première fois dans une nature morte (Nature morte à la cruche d’argile et tasse de fer, 1880, huile sur toile, Chicago, The Art Institute), cette tine semble dominer le pot d’étain qu’elle surplombe légèrement, comme si un dialogue muet s’instaurait entre les deux objets.



Paul Gauguin, Enfant endormi, 1884, Collection particulière


Mais c’est en 1884, dans cette toile représentant son fils Clovis endormi sur une table, que Gauguin donne à la tine toute sa valeur symbolique. La chope démesurément agrandie est posée près de la tête du jeune garçon dont la main est glissée derrière l’anse. Massive, elle impose sa présence écrasante sur la scène devenue onirique. Un autre objet, difficilement identifiable, est posé sur la table : vraisemblablement une poupée emmaillotée qui semble jouer aussi le rôle d’intercesseur et accompagner le jeune garçon dans le domaine du rêve, de l’inconscient, celui des motifs aériens du papier peint.


Sa période « impressionniste » a favorisé chez lui un travail sur l’objet qui revisite et, en un sens, réinvente le genre de la nature morte, autour duquel ses recherches formelles se poursuivent dans sa période bretonne.


 
Retrouvez ces oeuvres dans l'expo Gauguin l'alchimiste, jusqu'au 22 janvier 2018 au Grand Palais
Réservez votre billet ICI
Mots-clés
A lire aussi

Fantin-Latour : un bouquet "de fiançailles"

- 26 octobre 2016
Henri Fantin-Latour rencontre Victoria Dubourg au musée du Louvre en 1866 alors que tous deux copient "Le Mariage mystique de sainte Catherine de Corrège". Ils se fiancent en mai 1869 et c’est à cette occasion que Fantin offre cette nature morte – dont le titre en conserve le souvenir – à Victoria.

"La Peinture est mon seul plaisir, mon seul but"

- 30 septembre 2016
Du 14 septembre 2016 au 12 février 2017, Henri Fantin-Latour est l'invité d'honneur du Musée du Luxembourg. Un artiste à part, sensible, à fleur de peau, aux multiples facettes, que nous vous proposons de découvrir.

Fantin-Latour : fleurs et fruits

- 27 septembre 2016
Dès le début des années 1860, ?la nature morte apparaît à Henri Fantin-Latour comme un excellent moyen de perfectionner son art, d’étudier? les rapports de tons et de couleurs,? de se montrer à la fois fidèle à la nature et à la peinture, ses deux seuls maîtres.
Tout le magazine