Élisabeth Louise Vigée Le Brun : peintre de l'enfance et de l'amour maternel

L’art de Vigée Le Brun suivit l’évolution de la société française...
25 novembre 2015
|
Autoportrait de Madame Le Brun tenant sa fille Julie sur ses genoux, dit ‘la Tendresse maternelle’ © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Franck Raux
... laquelle, sensible aux idées de Jean-Jacques Rousseau développées dans l’Émile, accorda une place plus marquée aux liens unissant une mère et ses enfants.

Chantre de cet amour maternel dont elle laissa deux véritables « icônes » la mettant en scène avec sa fille Julie, la portraitiste multiplia les effigies d’enfants seuls ou en compagnie de leur mère.

Dans l’exécution de ces images, elle prit souvent pour modèle les compositions de Raphaël. Exposés au Salon, ces tableaux emportèrent l’adhésion de la critique et incitèrent d’autres artistes à traiter les mêmes sujets.
Mots-clés
A lire aussi

Les portraits de Penn comme des miroirs de l’âme...

- 2 novembre 2017
Dans les années 1950 et au début des années 1960, le regard d’Irving Penn, son inventivité et ses compétences techniques sont très demandés. Il partage son temps entre la publicité et les photographies de mode ou de célébrités pour Vogue.

Irving Penn à Paris : la mode mais pas que !

- 25 octobre 2017
En juillet 1950, alors qu’Irving Penn photographie les collections parisiennes pour Vogue, il commence une série sur les petits métiers, qu’il poursuivra à Londres et à New York. Ce sera la série la plus importante de sa carrière.
Tout le magazine