Le Grand Palais invite l'artiste Sammy Baloji dans le cadre de la Saison Africa 2020

20 octobre 2020
|

La Saison Africa 2020 (initialement prévue de juin à décembre 2020) invitera en France de début décembre 2020 à mi-juillet 2021 à regarder et comprendre le monde d’un point de vue africain à travers expositions et événements sur tout le territoire. La Rmn – Grand Palais s’associe à cet événement en invitant l’artiste Sammy Baloji à concevoir deux sculptures exceptionnelles pour les socles de la façade du Grand Palais, côté Champs-Elysées-Clemenceau.

Sammy Baloji au Grand Palais
Courtesy Galerie Imane Farès, Paris - Photo Didier Plowy

 

Johari - Brass Band est le symbole triomphal de la réappropriation par l’Afrique de sa propre histoire.

Au début du XIXe siècle, la France affaiblie par la révolte et la perte de Saint-Domingue, change de stratégie et vend la colonie française de Louisiane aux Etats-Unis. Les troupes quittent le territoire, abandonnant sur place leurs instruments de musique. Ces deux sculptures à la forme de sousaphone et cor d’harmonie sont inspirées de ces cuivres repris ensuite par les esclaves pour créer les Brass Bands (fanfares).

Johari Brass Band © Sammy Baloji
Johari Brass Band © Sammy Baloji

Les cuivres sont scarifiés par l’artiste, en écho aux pratiques ancestrales congolaises éradiquées par la présence coloniale. Ils sont intégrés dans des structures métalliques reprenant la forme de minerais du Katanga, une province congolaise riche en ressources minières surexploitées par des entreprises internationales depuis 1885.

Deux imposants socles de pierre ornant la façade du Grand Palais les accueilleront jusqu’au 24 février 2021 et y reviendront pour sa réouverture, afin de célébrer l’exposition inaugurale du Grand Palais restauré.

Œuvre forte et engagée, trait d’union entre le Grand Palais d’aujourd’hui et le Grand Palais restauré, Johari - Brass Band s’inscrit ainsi parfaitement dans la nouvelle vision artistique de la Rmn – Grand Palais mise en place par Chris Dercon, son président.

 

Qui est Sammy Baloji ? 

Sammy Baloji
@ Sophie Nuytten, 2018

Sammy Baloji est né en 1978 à Lubumbashi au Congo et vit entre Lubumbashi et Bruxelles depuis 2006. Il ne cesse d’explorer la mémoire et l’histoire de son pays d’origine. Son travail est une recherche continue sur le patrimoine culturel, architectural et industriel de la région du Katanga, ainsi qu’une remise en question de l’impact de la colonisation belge. Son regard critique sur les sociétés contemporaines constitue un avertissement sur la façon dont les clichés culturels continuent à façonner des mémoires collectives et permettent ainsi aux jeux de pouvoir sociaux et politiques de continuer à dicter les comportements humains.

Déjà exposé à New York (Museum for African Art, 2009), Washington (Smithsonian Museum, 2010), Londres (Tate Modern, 2011), Venise (Biennale 2015) et Kassel (Documenta 2017), ancien pensionnaire de la Villa Médicis et présenté en décembre dans la salle Foch des Beaux-Arts de Paris dans le cadre du Festival d’Automne (dont il signe d’ailleurs l’affiche), le travail de Sammy Baloji a rejoint les plus grandes collections françaises et internationales. Sa résidence de 2008 à 2010 au Musée Royal d’Afrique Centrale à Tervuren lui a permis de travailler sur les collections de ce musée commandé en 1897 par Leopold II à Charles Girault... l’architecte du Grand Palais.

 

Ecoutez la discussion entre Chris Dercon, Président de la Rmn-Grand Palais et Sammy Baloji sur les images de l'installation des sculptures :

Rendez-vous devant le Grand Palais - Entrée Clemenceau jusqu'au 4 mars 2021. 

 

Pour continuer à approfondir et à partager le sens de "Johari Brass-Band", Sammy Baloji a invité Mo Laudi, artiste, spécialiste de musique afro-électronique, DJ et producteur à créer une playlist et une composition en conversation avec ses œuvres.

Tout comme Sammy Baloji, le travail de Mo Laudi est basé sur la recherche et la réflexion autour d’archives sur le passé colonial. Pour ce projet commun, Mo Laudi s’est plongé dans les origines des Brass-Band en exploitant les archives qui ont inspiré Johari Brass-Band et en y joignant des heures d’archives sonores créant des parallèles entre le Congo et l'Afrique du Sud via la Nouvelle-Orléans et la France.

  • Mo Laudi a ainsi compilé une playlist de 100 titres pour former une fusion des fanfares du monde entier et souligner l'influence interconnectée des fanfares, de la musique et des performances africains et européens sur la culture populaire à travers le temps.
  • Mo Laudi a également créé pour l’occasion une composition originale pour l’œuvre Johari Brass-Band: Congo Square in D# Minor (Congo Square en ré mineur, 2021). Cette composition sonore de 9 minutes et 31 secondes fusionne des influences à plusieurs niveaux: comment les esclaves se sont réappropriés les instruments à vent occidentaux (dont le métal avait souvent été extrait des mines africaines). Les trompettes, les tubas, les trombones, les cors d'harmonie apparaissent, mélangés comme un plat de gumbo, avec les racines africaines, les racines noires et créoles du jazz inspiré par Congo Square, les échantillons d'un enterrement de jazz, une tradition de la Nouvelle-Orléans qui consiste à enterrer les morts en organisant une procession de "seconde ligne" dans la rue, des enregistrements trouvés sur le fleuve Congo, des processions funéraires en Afrique du Sud, des cérémonies de scarification au Congo, les cornes qui soufflent à l'unisson d'appel et de réponse créant une atmosphère de transe capturant la spiritualité collective. Il comprend également des extraits d'une conférence du Dr Howard Nicholas sur le rôle de l'économie, sur la façon dont les institutions internationales sous-développent l'Afrique et sur la façon dont les pays riches profitent des pays pauvres en exploitant des matières premières comme le cuivre sans aucune rétribution décente.
Mots-clés
A lire aussi

Napoléon en 12 dates clés

Article - 12 février 2021
Connaissez vous vraiment la vie de Napoléon ? Découvrez 12 dates clés autour de cette figure incontournable qui va faire l'objet d'une exposition au printemps prochain à la Grande Halle de la Villette !
Tout le magazine